Subscribe

Le quartier où est retranché le tueur de Toulouse plongé dans le noir

L’éclairage public a été éteint vers 21h dans le quartier de Toulouse où Mohamed Merah, soupçonné d’être le tueur au scooter, est retranché depuis mercredi 3h, et vers 22h des policiers casqués et munis de gilets pare-balles prenaient position.

Peu auparavant, le ministre de l’Intérieur Claude Guéant avait déclaré à TF1: “Il affirme qu’il veut se rendre bientôt, il voulait le faire de toute façon à la nuit déjà tombée, et nous espérons qu’il va effectivement se rendre bientôt, les conditions de sa reddition sont en cours de négociations”. Le quartier a soudain été plongé dans le noir dans le quartier de la petite cité de la Belle Paule, mais de loin, les journalistes pouvaient voir que la façade de l’immeuble où est retranché Merah était éclairée par des moyens apparemment indépendants de l’éclairage public.

Selon une source proche du dossier, une tentative de médiation avec Merah, à l’aide d’une de ses proches, avait échoué peu auparavant. Vers 22h, une quinzaine de policiers en tenue sont descendus d’un fourgon, munis de gilets pare-balles, cagoules, casques et boucliers intégraux pour certains, tandis que s’organisait à proximité de l’immeuble un ballet de voitures de police et de motards.

Il était cependant encore impossible d’obtenir la confirmation d’un assaut ou d’une reddition imminents. Des dizaines de journalistes, maintenus à plus de cent mètres de l’immeuble, attendaient le dénouement. Rien qu’à l’angle des rues de Lille et Andrieu, voisines de la rue du Sergent Vigné, où Merah est retranché au premier étage du petit immeuble, on comptait une cinquantaine de journalistes et une vingtaine de badauds.

Beaucoup de ces derniers, qui souhaitaient rester anonymes, se présentaient comme des connaissances, qui de l’un des militaires dont Merah revendique l’assassinat, qui du jeune homme.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related