Subscribe

Le scandale de la viande de cheval s’étend aux restaurants français

Jusqu’ici cantonné aux rayons des supermarchés, le scandale de la viande de cheval faussement étiquetée boeuf arrive dans les cuisines des restaurants avec le rappel par Nestlé de ses lasagnes Davigel destinées aux professionnels en France et au Portugal.

“Nous procédons au retrait de lasagnes à la sauce bolognaise, un produit de viande congelée, destiné à la restauration et commercialisé par Nestlé Professional. Le retrait a lieu en France et au Portugal”, a indiqué mardi Nestlé Portugal. “Ces produits seront remplacés par des produits 100% viande de boeuf”, précise-t-il dans un communiqué.

Ces lasagnes sont vendues en France sous la marque Davigel et sont le premier produit contenant des traces d’ADN de cheval trouvé au Portugal dans des produits prétendument pur boeuf. Nestlé avait indiqué lundi soir depuis la Suisse qu’un plat de lasagnes congelées, destinées aux industries de la restauration, Lasagnes à la Bolognaise Gourmandes, produit en France, allait être retiré de la vente, sans préciser dans quels pays.

“Ce produit est uniquement vendu à des professionnels de la restauration, individuelle et collective”, a déclaré une porte-parole de Nestlé France, qui n’était pas en mesure de préciser à combien de restaurateurs ce produit avait été vendu. “Nous avons contacté tous nos clients pour les prévenir”, a-t-elle assuré, précisant que la quantité de produits concernée n’était “pas énorme”, les restaurateurs ayant peu de capacités de stockage.

Au Portugal, ces lasagnes ont été distribuées à des hôtels, des restaurants ou des cafés, a indiqué Antonio Carvalho, un porte-parole de Nestlé au Portugal, qui lui aussi n’a pas pu préciser la quantité de produits qui sera retirée ou le nombre de clients ayant acquis des lasagnes de ce lot. Le numéro un mondial de l’agroalimentaire avait également annoncé lundi le retrait de la vente en Espagne et en Italie des plats de pâtes Buitoni Beef Ravioli et Beef Tortellini vendus en supermarché.

Le groupe suisse avait alors montré du doigt une société allemande, H.J. Schypke, sous-traitant de son fournisseur JBS Toledo NV. C’est cette même PME qui avait fourni la viande ayant servi à l’élaboration des lasagnes Davigel, a précisé la porte-parole de Nestlé France, ajoutant que la marque Buitoni n’était pas concernée en France. Une porte-parole du distributeur Metro en France, important fournisseur de la restauration avec 400.000 clients dans les métiers de bouche, a assuré de son côté ne se fournir “ni chez Findus, ni chez Comigel, ni chez Spanghero, ni chez Nestlé et ni chez JBS Toledo”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related