Subscribe

Le succès du blues made in Aulnay-sous-Bois

La ville française d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) était à l’honneur ce week-end à Los Angeles à l’occasion de la 55e cérémonie des Grammy Awards à laquelle s’est rendu Gérard Segura, maire de la ville et vice-président du Conseil Général du département.

L’album de blues And Still I Rise, coproduit par Larry Skoller et la ville d’Aulnay-sous-Bois dans le cadre du festival annuel Aulnay All Blues l’an dernier, était nominé pour le prix du “Meilleur Album de Blues”. Composé de six artistes américains et de deux français (Vincent Bucher, à l’harmonica, et Bruno Wilhelm, saxophoniste et arrangeur de la section cuivre), le groupe Heritage Blues Orchestra était en compétition avec Shemekia Copeland, Ruthie Foster, Joan Osborne et Malcolm John “Mac” Rebennack, Jr. C’est ce dernier, mieux connu sous son nom de scène Dr. John, qui a remporté le prix. Stéphane Boutin, chargé des partenariats et des relations économiques en France, le décrit comme un “frère de musique”.

Si l’album And Still I Rise n’a pas reçu la fameuse récompense, M. Segura, accompagné de M. Skoller et de ses musiciens, se réjouissent de la reconnaissance apportée par cette nomination et des liens qui les unissent à l’Amérique. Bill Sims, Jr., musicien au sein du groupe H.B.O., accorde une importance personnelle à cet album et à la collaboration de musiciens français et américains. “Les Français et les Afro-Américains ont toujours partagé la même passion pour la musique. Au temps de l’esclavage, aux débuts du jazz et du blues en Nouvelle-Orléans, il y a toujours eu quelque chose entre ces deux peuples. Nous pouvions toujours aller en France et nous sentir libres. Un sentiment de liberté qui n’était pas ressenti de la même manière dans notre pays”.

Le producteur américain Larry Skoller est à l’origine de cette rencontre musicale extraordinaire. New-Yorkais de naissance, M. Skoller a vécu plusieurs années à Chicago, dans l’Illinois, où il était musicien. Il s’est ainsi construit un réseau important d’artistes de talent. Il a su, grâce à l’expérience acquise au fil des années, reconnaître les meilleurs d’entre eux pour les rassembler et créer un album d’exception. “Le blues traditionnel très profond se mêle à du gospel et du jazz, dans un contexte plus contemporain”, explique Skoller. “J’ai eu l’idée d’amener des musiciens de classe mondiale ensemble, tous très enracinés dans le blues. J’ai suivi mon instinct en les rassemblant. Et ça a marché !”

Les années ont passé et les récompenses ont défilé : deux nominations aux Grammy Awards (en 2009 et 2012), un Blues Music Awards à Memphis (2010) et encore deux nominations aux titres de “Meilleur album” et “Meilleur album de blues traditionnel” aux 34e Blues Music Awards qui auront lieu le 9 mai prochain à Memphis. “La première fois, on peut considérer que c’est un accident. Mais revenir trois ans après, avec deux nominations aux Grammys sur trois albums produits, et une autre à Memphis, c’est quand même la reconnaissance d’une qualité certaine”, se réjouit le maire d’Aulnay-sous-Bois, fier de cette reconnaissance.

La délégation française de Seine-Saint-Denis souhaite maintenir les liens créés avec Chicago et La Nouvelle-Orléans, avec des projets de collaborations en phase de développement : “Nous avons réussi à articuler sur l’axe musical du blues un autre axe de développement économique”, explique M. Segura. “Les musiciens de La Nouvelle-Orléans sont venus au festival accompagnés d’un certain nombre d’institutionnels et d’investisseurs qui cherchent à s’implanter en région parisienne, notamment le directeur de l’aéroport de La Nouvelle-Orléans qui a rencontré ses homologues français de Roissy Charles-de-Gaulle et de Paris-Le Bourget”.

Alors que la ville d’Aulnay-sous-Bois s’apprête à affronter la fermeture de l’usine PSA dans un an et demi, son maire, les entreprises de Roissy (Air France) et leur consœurs américaines essaient d’attirer l’implantation d’une filière industrielle aéronautique sur les 110 hectares de terrain qui seront disponibles à un endroit stratégique entre deux aéroports, confluents de trois autoroutes et d’une prochaine station de métro parisien. Le maire espère aussi l’installation d’entreprises américaines sur le site de sa ville ou aux alentours.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related