Subscribe

Le Suisse Cancellara premier leader du Tour de France

Le Suisse Fabian Cancellara s’est habillé de jaune, samedi, après sa victoire dans le prologue du Tour de France à Rotterdam où l’Américain Lance Armstrong a gagné, provisoirement, le match des favoris.

A 53,400 km/h de moyenne, Cancellara a dominé tous ses rivaux, dans le droit fil de ses succès précédents dans le Tour. Après Liège 2004, Londres 2007 et Monaco 2009, le Bernois a ajouté une nouvelle perle à sa collection des contre-la-montre d’ouverture dans les grandes villes.

“Ce sont des grandes victoires mais elles sont toutes différentes”, a estimé Cancellara qui, pour la première fois, a dû faire passer son vélo au contrôle du scanner. Comme d’autres, sa machine a été auscultée pour mettre fin à la suspicion née d’une vidéo sur internet le soupçonnant d’avoir eu recours à un moteur électrique lors de ses triomphes du printemps (Tour des Flandres, Paris-Roubaix).

Surpuissant, le champion du monde du contre-la-montre a creusé des écarts significatifs. Pas moins de 10 secondes sur l’Allemand Tony Martin, longtemps détenteur du meilleur temps, et 20 secondes sur le Britannique David Millar, beaucoup plus à l’aise sur la chaussée humide que la plupart des coureurs voulant surtout éviter la chute, l’incident.

Hormis le Britannique Bradley Wiggins, qui a payé cher (56 sec de retard) son pari de partir tôt, les favoris se sont étalonnés dans des conditions comparables. A ce jeu, Armstrong a fait mieux que son grand rival, Alberto Contador. Pour 5 secondes.

Contador s’est situé à son niveau, compte tenu du parcours qui privilégiait avant tout la puissance. Au contraire de l’année passée, à Monaco, où l’Espagnol avait pris la deuxième place sur un tracé escarpé. Contador, devancé de 19 secondes par Cancellara, avait distancé Armstrong de 21 secondes sur une distance supérieure (15,5 km).

Un an plus tard, l’Américain s’est rapproché… au point de dépasser son ex-coéquipier d’Astana. A 38 ans, il a signé sa performance la plus probante depuis qu’il est revenu à la compétition. Le Texan est (grande) forme visiblement et garde un tempérament de battant. Quelques heures avant de s’élancer au départ de son dernier Tour, il avait dû répliquer à de nouvelles accusations de dopage tenues par son ancien équipier, Floyd Landis, et publiée par le grand journal d’affaires US, le Wall Street Journal.

Dans son défi insensé de gagner un huitième Tour, Armstrong peut en tout cas s’appuyer sur une équipe performante. Trois de ses hommes de RadioShack (Leipheimer, Brajkovic, Klöden) sont entrés dans les vingt premiers du prologue.

Quels sont les perdants du jour ?

Les grimpeurs, à l’exception de Contador, ont perdu beaucoup de temps sur une distance pourtant limitée à 8,9 kilomètres. Tous (par ordre croissant, Sastre, Basso, Menchov, F. Schleck) ont concédé un débours supérieur à 50 secondes sur Cancellara, soit une trentaine de secondes sur Armstrong, le premier des candidats à la victoire finale.

Si Wiggins a perdu une grande occasion de se placer sur un terrain a priori favorable, la plus mauvaise opération a été inscrite au passif d’Andy Schleck. Quand il a franchi la ligne, le jeune Luxembourgeois a hoché la tête. Conscient, sans doute, que les dégâts étaient importants pour une épreuve aussi courte. Le dauphin de Contador l’année passée s’est classé 122e de l’étape, à 42 secondes de son vainqueur du Tour 2009. De quoi jeter une ombre sur le bilan de son équipe Saxo Bank, comblée par Cancellara.

 

Et les Français ?

A délaisser depuis plusieurs années la discipline du contre-la-montre, les Français jouent les seconds rôles dans les “chronos” importants. Même si la comparaison doit être relativisée par les conditions météo changeantes, le premier d’entre eux à Rotterdam, l’Auvergnat Damien Monier, s’est classé 38e. A 47 secondes de Cancellara, soit une perte supérieure à 5 secondes par kilomètre.

Les autres Français habituellement en vue ont terminé loin (Jérôme Pineau 44e, Christophe Riblon 65e, Sylvain Chavanel 89e). Christophe Le Mével, qui a des ambitions pour le classement général, a déboursé plus d’une minute. Quant au champion de France de la spécialité, Nicolas Vogondy, il a été repoussé à la 110e place, sur un parcours qui ne lui convenait guère. Pour eux, le Tour de France commence par un handicap.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related