Subscribe

Législatives : Les candidats vous répondent sur le rôle du député

Chaque semaine, France-Amérique sélectionne la question d’un internaute et publie les réponses des candidats aux législatives 2012 en Amérique du Nord. Cette semaine, une question d’Antoine de New York sur le rôle du député par rapport au consul, à l’Assemblée des Français de l’Etranger et aux sénateurs de l’étranger.

Cette semaine, une question d’Antoine, 38 ans, New York :

“Quel est le rôle du député, par rapport à celui de l’Assemblée des Français de l’Etranger,  celui des sénateurs de l’étranger et celui du consulat ?”

Claire Savreux (FN) : Le rôle du député FFE (Fédération des Français de l’Etranger) est le même que celui qui siège a l’Assemblée nationale. Il est le représentant des Français qui font partie de sa circonscription et se doit de les représenter selon sa tendance politique. Le rôle des sénateurs représentant les Français établis hors de France est le même que celui de tout autre sénateur, mais leur circonscription est le monde entier moins la France (métropole et outre-mer).

Emile Servan-Schreiber (Indépendant) : Le député siège à l’Assemblée Nationale à Paris. Il est au cœur du débat national et son rôle est d’y participer pleinement pour faire valoir l’opinion des citoyens de sa circonscription. Le élus de l’AFE, eux, ne sont concernés que par les problèmes locaux. Le député d’Amérique du Nord ne sera pas seulement un député parmi 577. De part la place privilégiée qu’occupe notre territoire dans l’imaginaire français, votre député sera détenteur d’un potentiel politique unique pour dynamiser le débat national autour des vrais enjeux. Il ne doit surtout pas être un député « normal », ni asservi à la hiérarchie d’un parti politique hexagonal. Ce serait trahir l’esprit d’indépendance qui anime le peuple Français d’Amérique du Nord.

Antoine Treuille (Indépendant) : Les consulats offrent un relais de l’administration française aux expatriés et assurent donc la continuité du service public. Ils sont en contact permanent avec les élus. Ces derniers, quels que soient leur mode d’élection, leurs missions, qu’ils soient membres de l’Assemblée des Français de l’étranger, sénateurs ou députés demain, qu’ils votent ou non la loi, sont tous à l’écoute des expatriés et participent à faire entendre leur voix à Paris. J’appelle de mes vœux que tous ces acteurs, en associant tous les autres ayant un lien avec notre pays, comme les chambres de commerce, les chefs d’établissements français, les associations etc., puissent à l’avenir travailler ensemble pour améliorer la vie de la communauté française en Amérique du Nord.

Karel Vereycken (Solidarité et Progrès) : L’AFE est composée de 12 personnes qualifiées, 155 conseillers et 12 sénateurs. Il s’agit d’une sorte de Conseil économique et social spécialisé dont l’avis et les propositions comptent. Pour leur part, les consuls et les ambassadeurs assistent au mieux les Français à l’étranger et s’avèrent des intermédiaires essentiels avec les autorités du pays où l’on réside. Aux députés incombent des responsabilités nationales. Par exemple, si vous m’élisez, je mettrais sur pied une Commission d’enquête sur la crise financière qui mettra en œuvre la séparation des banques de dépôts, chargées de financer “l’économie réelle”, et les banques d’affaires spéculatives qu’il faut, suite à leurs excès irresponsables, laisser mourir dans la dignité.

Julien Balkany (Indépendant) : Je perçois ce nouveau mandat comme un rôle différent et complémentaire : contrairement aux sénateurs, qui ne représentent pas une circonscription mais le monde entier, ce nouveau député aura la légitimité du suffrage universel direct et devra rendre des comptes à ses électeurs. Mais tout comme les sénateurs, il aura un véritable pouvoir législatif, venant en complément du rôle consultatif des élus locaux de l’AFE qui resteront des relais de terrain primordiaux. Il devra aussi mettre en œuvre une “diplomatie parlementaire” adaptée et complémentaire de celle des diplomates de sa circonscription, qui restent liés à la politique gouvernementale. Il devra travailler en étroite collaboration avec tous ces acteurs pour défendre nos intérêts au quotidien.

Céline Clément (Front de Gauche) : L’élection des députés va sans doute mener à une ré-articulation des rôles respectifs de chacun. Les FE à égalité avec leurs concitoyens vivant en France auront des députés et des “élus locaux” (l’AFE), ces derniers élisant des sénateurs. Dans une circonscription aussi vaste que la nôtre, tout nouveau député devra être prêt à travailler en étroite collaboration avec les élus AFE, quelle que soit leur couleur politique. Les députés et les sénateurs des FE joueront le même rôle que leurs collègues élus en France : avant tout représenter l’intérêt général et la Nation dans son ensemble, ET relayer au Parlement les préoccupations spécifiques des FE et s’assurer que leur situation soir prise en compte lors de l’adoption des lois.

Carole Granade (MoDem) : Consulat mis à part, les acteurs cités sont vos représentants élus. Les conseillers AFE, élus locaux, ont un rôle consultatif qui devra être renforcé à l’avenir. Les sénateurs (élus par les conseillers AFE) et les députés représentent et légifèrent pour tous les Français. Notre députée élue au suffrage direct devra nous défendre avec force. D’où l’importance d’avoir le soutien d’une formation politique doublé d’une expérience de l’expatriation. De plus c’est une occasion unique d’avoir votre voix portée directement dans le débat national. D’où l’importance de rester à votre écoute en travaillant avec les relais locaux que sont les membres de l’AFE et via un contact direct (rencontre, forum internet). C’est dans cette optique que je m’inscris.

Frédéric Lefebvre (UMP) : Le député des Français de l’étranger siégera à l’Assemblée nationale et sera au cœur du processus législatif, il participera à l’élaboration des lois ainsi qu’aux discussions et travaux parlementaires en commissions et posera des questions au gouvernement. Il aura un rôle très proche de celui des sénateurs des Français de l’étranger, mais eux à la différence du député sont élus au suffrage universel indirect. L’AFE est le porte-parole des Français de l’étranger et défend spécifiquement leurs droits et intérêts, le député quant à lui représente la nation. Enfin, le rôle du consulat est quelque peu différent puisqu’il s’agit de l’organe administratif, les personnes y travaillant étant des fonctionnaires ou des agents contractuels.

Philippe Manteau (Ares) : Le député est l’élu de la nation toute entière : il vote les lois et contrôle le gouvernement. Il doit se garder de tout clientélisme. Il fait le lien entre les électeurs de sa circonscription et la nation. L’Assemblée des Français de l’Etranger est un collège électoral et un organe consultatif du Sénat. Je suis le suppléant de Richard Ortoli à l’AFE. Les sénateurs des Français de l’étranger sont élus par l’AFE. Avec l’AFE, leur rôle est de répondre aux préoccupations quotidiennes des expatriés/émigrés. Mon engagement pour mon pays est total : avec Richard Ortoli, nous sommes en prise directe avec le quotidien des Français d’Amérique du Nord. Député, je lancerai la Révolution libérale et humaniste qui seule peut sauver la France du déclin.

Gérard Michon (Indépendant) : Même s’il n’ont aucune responsabilité budgétaire directe, les élus de l’AFE sont analogues à des élus locaux (conseillers territoriaux et élus municipaux) en ce qui concerne le dialogue de proximité qu’ils se doivent d’entretenir avec leurs électeurs.  Les consulats font partie de l’Administration et jouent, en fait, le rôle des préfectures (ou, parfois, des services de la mairie). Les députés et sénateurs des Français établis hors de France ont exactement le même rôle que les députés et les sénateurs de métropole ou d’outremer, avec cependant un besoin de vigilance accru pour mettre en adéquation les Lois de la République avec les besoins très particulier des Français de l’étranger. Voir REPRESENTATION.

Corinne Narassiguin (PS-EELV) : Chacun a un rôle complémentaire à jouer. Je considère que l’AFE, assemblée d’élus locaux, a besoin d’être réformée pour avoir un vrai pouvoir de décision et d’action. Le consulat, administration locale de service public, est similaire à une préfecture et aux services administratifs d’une mairie, sans rôle politique. Ce dernier est assumé par les députés et sénateurs qui, ensemble, s’assurent que les propositions de loi qui concernent les Français de l’étranger sont adoptées et adaptées : à la différence des sénateurs qui représentent en bloc tous les Français à travers le monde, notre député(e) sera élu(e) sur une circonscription géographique bien définie et pourra apporter sa connaissance spécifique du terrain. Ma vision du rôle du député.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related