Subscribe

L’emploi américain semble avoir résisté à la querelle du “mur budgétaire”

Les employeurs semblent avoir augmenté fortement leurs embauches aux Etats-Unis en décembre malgré les tergiversations politiques sur la façon d’éviter au pays le “mur budgétaire”, ce qui est plutôt encourageant pour l’évolution du marché du travail.

A la veille de la publication du rapport officiel sur la situation de l’emploi et du chômage, la société de services informatiques ADP a annoncé jeudi que les entreprises privées avaient créé en décembre 215.000 emplois de plus qu’elles n’en détruisaient dans le pays.

Nettement supérieur à la prévision médiane des analystes (140 000), ce chiffre correspond aux créations nettes d’emplois les plus fortes relevées par ADP depuis février et traduit une augmentation de 45% par rapport à novembre. “Le marché de l’emploi a tenu bon en décembre en dépit de l’intensification des négociations sur le mur budgétaire à Washington”, écrivent les auteurs de l’enquête, faisant référence au blocage persistant au Congrès sur les questions budgétaires, qui n’a été levé que le 1er janvier.

Les élus ont avalisé ce jour-là un compromis permettant d’éviter une brusque cure de rigueur qui aurait selon toute vraisemblance replongé le pays dans la récession.

L’accord, qui prévoit entre autres une augmentation du taux d’imposition pour les ménages les plus riches, mais aussi un relèvement des cotisations sociales salariales qui touchera la majorité des Américains, a néanmoins remis à plus tard les décisions difficiles relatives à la maîtrise des dépenses de l’Etat et aux moyens d’augmenter ses ressources.

Prévision inchangée pour vendredi

En théorie, le climat de grande incertitude sur l’évolution de la fiscalité et de la politique budgétaire aurait dû réfréner les embauches en décembre. Selon ADP, c’est le contraire qui s’est produit: “Les bases du marché du travail se sont renforcées” et “les entreprises sont même devenues plus volontaires dans leurs embauches sur la fin de l’année”. “Dans la mesure où l’incertitude liée à la politique budgétaire pesait sur le moral” des employeurs et des ménages, le compromis du 1er janvier “laisse présager d’un certain soulagement” de ce point de vue-là, “même s’il ne fait pas disparaître totalement les facteurs de pression”, estime Paul Ferley, économiste de RBC Banque Royale.

Avant la parution de l’enquête ADP, les analystes estimaient que le rapport officiel sur l’emploi était susceptible d’annoncer une légère hausse des créations d’emplois (publics et privés) en décembre.

Selon leur prévision médiane, ils donnaient le solde net des embauches à 150.000 emplois, soit 2,7% de plus qu’en novembre, et le taux de chômage stable à 7,7%, son niveau le plus faible en quatre ans.

Bien que les résultats de l’enquête corroborent ceux de l’indicateur ISM, publié la veille et selon lequel l’emploi a nettement augmenté dans le secteur manufacturier en novembre, les analystes n’indiquent pas d’intention de relever leur pronostic pour les chiffres de vendredi. Ils rappellent dans l’ensemble qu’ADP a de façon chronique une tendance à se tromper largement en décembre du fait de difficultés à évaluer le facteur saisonnier ce mois-là.

Certains, comme Steven Ricchiuto, économiste de la maison de courtage Mizuho Securities, notent de plus qu’en moyenne sur décembre, l’indicateur hebdomadaire des nouvelles inscriptions au chômage publié jeudi par le département du Travail ne témoigne d’aucune amélioration par rapport aux deux mois précédents.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related