Subscribe

L’enjeu du réchauffement climatique

Invités au Hot Topic organisé à la FIAF avec France-Amérique le 12 mars dernier, le professeur Peter B. deMenocal et l’aventurier français Luc Hardy sont revenus sur les manières de mesurer et prévenir le réchauffement climatique.

Après avoir créé l’expédition Antarctique en 2003, Luc Hardy, Français diplômé de l’École Centrale de Paris, a également été à l’origine d’une deuxième virée, ayant eu lieu cette fois au Groenland en juillet 2007. Peter deMenocal est quant à lui professeur au département Earth and Environemental Sciences à Columbia University. Tous deux, l’un en tant que scientifique, l’autre en tant qu’aventurier, ont pourtant établi un même constat sur l’état de notre planète.

La mission de Luc Hardy, réalisée en collaboration avec la Croix Verte et le Groupe de recherches en écologie arctique (GREA) avait pour but d’accomplir un travail de terrain, afin d’observer concrètement l’environnement dans lequel évoluent faune et flore du Groenland et d’évaluer l’impact du réchauffement climatique sur celles-ci. « Nous avons collecté des échantillons, balisé des oiseaux, observé les animaux et pris de nombreuses photos »,a -t-il commenté.

Peter deMenocal, en tant que chercheur, a également réalisé un voyage entre le Portugal et le Sénégal afin de récolter et d’analyser des sédiments marins, avec lesquels on peut mesurer le réchauffement de la planète. Il a décrit ce phénomène comme une manifestation mouvante, en changement permanent : « Tous les mois je dois changer mes graphiques car un élément a évolué », a-t-il expliqué.

D’après les deux invités, le travail de terrain est une démarche complémentaire de celui des scientifiques. En effet, « il existe une solidarité interdisciplinaire au niveau international, qui permet à chacun d’apporter ses données et ses différences » a ajouté le chercheur.

Les travaux de terrain de Luc Hardy et de toute son équipe ont permis d’arriver à des conclusions aussi intéressantes qu’alarmantes. En effet, en balisant grâce au système Argos des oiseaux vivant dans l’Arctique, l’équipe a pu se rendre compte que plus le temps passe, plus ces animaux évoluant en milieu froid se déplacent vers le Nord du Groenland. « Cela prouve que la température monte car ils sont obligés de se déplacer pour vivre. Le jour où il n’y aura plus assez de glace ni de température assez basse, ces oiseaux disparaitront », détaille l’aventurier.
D’après les chercheurs, la lutte contre le réchauffement climatique est un challenge à relever par les pouvoirs publics ainsi que par les structures éducatives et les ONG. « La meilleur moyen est d’effectuer une prévention auprès du plus grand nombre de personnes », continue Luc Hardy. C’est d’ailleurs pour cette raison que des enfants ont été invités à participer à l’expédition en Arctique : « Le meilleur moyen pour qu’ils prennent conscience du problème et agissent à leur tour est de sensibiliser les jeunes générations. »

Aux solutions apportées pour changer la donne, le chercheur comme l’aventurier ont préconisé la communication. « Beaucoup de personnes n’ont pas conscience du phénomène de réchauffement climatique ni de ses conséquences sur le long terme », dit Luc Hardy. D’après Peter deMenocal, des gestes simples comme éteindre la lumière aussi souvent que possible ou arrêter de consommer de l’eau en bouteille (qui nécessite du plastique pour les fabriquer et ensuite un cargo grand consommateur de carburant pour les transporter) serait un moyen d’atténuer le processus en cours.

Les deux invités se sont également entendus pour défendre l’initiative personnelle, les citoyens ne devant pas attendre que les politiciens interviennent sur la question. Cependant, selon eux, la question du réchauffement climatique représente un challenge pour les pouvoirs publics, ainsi que pour les structures éducatives et les ONG, qui doivent délivrer des programmes de prévention auprès du plus grand nombres de personnes.

Peter deMenocal a souligné l’action des scientifiques européens qui cherchent à présent des ingénieurs spécialisés sur la question. Il a à ce titre salué les gouvernements européens, qui, d’après lui, sont davantage concernés par le problème. « La France est l’un des seuls pays à disposer d’un ministère de l’Environnement » a souligné Luc Hardy.

L’intervention des deux spécialistes a été complétée par la projection de clichés pris au Groenland durant l’expédition de Luc Hardy. La photo d’une coccinelle découverte en Arctique peut paraître insolite mais elle est surtout inquiétante, la présence de cet animal fragile consistant bien une preuve d’un réchauffement important de la planète.

Et aussi…

Quand le climat devient politique

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Quand le climat devient politique…Quand le climat devient politique… Le chercheur Peter B. deMenocal fait le point sur les derniers développements autour du réchauffement climatique. Il sera, avec Luc Hardy, invité au débat Hot Topics organisé jeudi à 19h […] Posted in Opinion
  • <i>Home</i>, le cri écolo de Yann Arthus-BertrandHome, le cri écolo de Yann Arthus-Bertrand À l'occasion de la Journée mondiale de l'environnement,  Home, le premier film du photographe Yann Arthus-Bertrand coproduit par Luc Besson, est sorti simultanément dans 70 pays, sur tous […] Posted in Opinion