Subscribe

Les aéroports français sont sûrs mais des progrès sont possibles

Le niveau de sûreté des aéroports français est jugé “satisfaisant”, mais des progrès restent possibles, notamment en termes de formation et de recrutement des agents des sociétés privées, selon un rapport de la mission d’information sur la sûreté des transports aériens publié mardi.

Les rapporteurs, les députés Daniel Goldberg (PS) et Serge Gonzales (UMP), ont fait trente recommandations dans ce rapport sur la “Sûreté aéroportuaire, le défi de l’adaptation au risque”. Leurs travaux ont débuté la semaine ayant suivi la diffusion d’un reportage de l’émission Envoyé Spécial, où l’on voyait des journalistes parvenir à faire pénétrer une arme dans deux avions, en pièces détachées (mais sans munitions).

Au terme de leurs auditions, les deux rapporteurs jugent le bilan “satisfaisant” pour les aéroports français, y compris ceux qui sont spécialisés dans les compagnies “low cost”. “La probabilité de voir se répéter un scénario du type de celui du 11 septembre 2001 semble plus faible” et les dernières inspections de la Commission européenne “conduisent à une appréciation positive de nos contrôles” dans les aéroports français, selon le rapport. Dans un domaine où “l’exigence de réussite est absolu” selon l’expression de Daniel Gonzales, les deux rapporteurs font toutefois une série de recommandations.

Ils délivrent un satisfecit aux techniques de filtrage actuelles dans les aéroports, qui doivent être maintenues, selon le principe d’un “système à plusieurs barrières” -renseignement en amont, contrôles aléatoires, filtrage des passagers et des bagages, etc-. “L’objectif de ce système (…) est d’obtenir un taux de performance de 70% sur chaque barrière, afin d’aboutir à un risque global réduit” au minimum, arguent-ils. Ils demandent au gouvernement de remettre d’ici fin 2012 un rapport “sur l’évolution des diverses techniques de sûreté aérienne et aéroportuaire”.

Parmi les nouveaux outils évoqués, il y a les “scanners corporels” ou la technique du “profiling”, qui consiste à analyser le comportement des passagers avant même leur passage au contrôle. MM. Gonzales et Goldberg recommandent également que l’Etat édicte des règles et un contrôle plus stricts sur la formation et le recrutement des agents de sûreté des sociétés privées. Ils appellent également de leurs voeux une aide européenne aux aéroports hors Union, jugés à risques.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related