Subscribe

« Les Américains peuvent voir la vraie Isabel Marant »

La célèbre créatrice de mode française Isabel Marant vient d’ouvrir sa toute première boutique outre-Atlantique, dans le quartier de Soho en plein cœur de New York. Chignon boule – LA grande tendance du moment – rouge à lèvres rouge, veste de strass et paillettes, mini-jupe et low boots… Isabel Marant incarne la mode, so chic, so fashion. C’est parfaitement détendue et souriante qu’elle nous invite à sortir profiter du soleil, avec elle. Rencontre.

France-Amérique : New York…
Isabel Marant : J’ai toujours souhaité cette internationalisation. New York… Je n’y étais pas revenue depuis plus de dix ans et ne savais pas si tel ou tel endroit avait changé, en bien ou en mal. En définitive, tout s’est réalisé assez rapidement, en un an. Nous avons cherché le bon endroit, à Brooklyn, Meatpacking, Bleecker. Soho représentait le bon intermédiaire parmi tout ce dont j’avais envie. L’american dream !

F.A : Est-ce un rêve qui se réalise ?
I.M : Non, en fait, ce n’est pas un rêve depuis longtemps. Il y a eu une période économiquement difficile, ce n’était pas facile de venir s’installer ici. Nous sommes une petite équipe et nous avons préféré attendre le moment le plus propice. Aujourd’hui, nous sommes très heureux, oui. Vu de Paris, Soho c’est quand même le New York des artistes par excellence !

F.A : À Brooklyn, l’émergence des boutiques Bird qui vendent votre marque a t-elle suscité un intérêt supplémentaire à votre installation ?
I.M : Si des boutiques américaines telles que Bird ou Barneys proposent une sélection d’articles de mes créations, c’est qu’il y a une envie d’autre chose… quelque chose que les clientes américaines recherchent. Cela n’a pas réellement suscité un intérêt supplémentaire à notre installation ici, à New York. Nous étions déjà très connus en France. Aux États-Unis, également, mais pas tout à fait de la même façon. J’aime bien le travail qui est fait à Paris. Il n’a pas été si simple de faire le même aux États-Unis, mais à présent nous avons notre boutique, notre input à nous. Ce n’est pas une vision américaine, mais plutôt parisienne. Les Américains peuvent voir la vraie Isabel Marant.

F.A : Qui est-elle, cette vraie Isabel Marant ?
I.M : Quelqu’un qui n’a pas de barrières, qui est beaucoup plus ouverte et éclectique que ce qu’on a pu montrer jusqu’à maintenant.

F.A : Va-t-il y avoir une différence entre l’Isabel Marant française et l’Isabel Marant américaine ?
I.M : Non. Les collections seront les mêmes à Paris comme à New York. Ici, beaucoup de choses sont très américaines, la proposition est assez différente. J’adore cet univers du streetwear et je m’en inspire beaucoup, mais l’approche générale est plus européenne. Ici, tout prend des dimensions énormes. Nous proposons donc quelque chose de plus intimiste.

F.A : L’unique différence est liée au prix de vente. Les produits sont un peu plus onéreux, ici, aux États-Unis…
I.M : La douane et les transports ont un coût que nous sommes obligés de répercuter.

F.A : Les Américaines seront-elles séduites ?
I.M : Oui, ça marche déjà super bien. Les gens voyagent et, en mode, il n’y a plus d’esprit purement français, anglais, américain ou autre. Il y a une certaine uniformisation des différents clics dans le monde.

F.A : Paris, Madrid, Hong Kong, New York… Quel est votre prochain terrain de jeu ?
I.M : Le Liban. Nous y avons beaucoup de clients. Et Londres ! Voilà notre dada !


Infos pratiques :

Isabel Marant, 469 Broome, Greene corner, Soho
, NY 10116, New York

http://www.isabelmarant.tm.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related