Subscribe

Les Bleus à la conquête de l’Euro

L’équipe de France de football entame lundi le championnat d’Europe en Ukraine et en Pologne. La bande à Laurent Blanc souhaite ramener la France dans le gotha du football continental. Retour sur la dynamique qui entoure les Bleus à quelques heures du premier match contre l’Angleterre avec le journaliste de L’Équipe, Thomas Rudeau.

France-Amérique : Quelles leçons peut-on tirer après les victoires de l’équipe de France en matches de préparation pour l’Euro ?

Thomas Rudeau : Globalement, l’équipe de France n’a pas déçu mais elle n’a fait que dominer des adversaires à sa hauteur. Il n’y a pas de quoi s’enflammer pour l’instant, on peut simplement dire que les Bleus ont fait leur travail. On a assisté à du bon, notamment contre la Serbie, avec une défense retrouvée et hermétique, et du moins bon, contre l’Islande, en encaissant deux buts d’entrée de match. Laurent Blanc le dit lui-même : les Tricolores, malgré la victoire 4-0 face à l’Estonie, ont connu de gros soucis défensifs. Au final, le bilan est tout de même de trois victoires en autant de matches amicaux et cela permet évidemment à l’équipe de se mettre dans une dynamique positive avant d’affronter l’Angleterre pour le premier match de l’Euro.

Quel regard portez-vous sur l’état d’esprit des Bleus à quelques jours du début de la compétition ?

Comme souvent, l’unité est mise en tête de gondole et il semble improbable de montrer un tout autre état d’esprit. La Coupe du monde de 2010 est encore dans toutes les têtes. Sur le terrain, les Bleus ont l’air de bien s’entendre, ce qui semble plutôt positif au niveau de la cohésion du groupe. Espérons que cela va perdurer, y compris si les résultats ne suivent pas…

Est-il important pour les Bleus de “redorer le blason” par une bonne performance à l’Euro, moins de deux ans après le catastrophique Mondial et la grève des joueurs ?

Ils n’ont pas le choix. Quand on représente son pays, il y a une certaine éthique à avoir, une envie de faire briller sa nation devant tout un peuple, le représenter et lui donner du bonheur. Laurent Blanc avait affirmé vouloir faire oublier ce bien triste épisode et a su également faire le tri dans ses sélections. Après, nous ne sommes à l’abri de rien, mais les Bleus savent qu’ils ne peuvent pas se permettre un nouvel incident de ce genre. D’ailleurs, on l’a bien vu mardi soir, quand à la fin de la rencontre face à l’Estonie, tous les joueurs se sont mobilisés derrière une grande banderole “Merci, on va à l’Euro pour vous”. Il y a une volonté de pardon et une envie de reconquérir le public français.

Quelles sont les forces de l’équipe de France ?

Indéniablement, son attaque. Le duo Karim Benzema-Franck Ribéry a prouvé face à l’Estonie qu’il pouvait être séduisant et complémentaire. Certes, ce n’était que l’Estonie, mais une telle entente sera forcément bénéfique pour les Tricolores. Derrière Benzema, il y a également Olivier Giroud, excellent attaquant qui sera malheureusement cantonné à un rôle de remplaçant dans la compétition. La France a également la chance de pouvoir compter sur Jérémy Ménez, Hatem Ben Arfa et Mathieu Valbuena, trois électrons libres qui peuvent clairement faire la différence, titulaires ou remplaçants. On peut également se féliciter des belles prestations d’Hugo Lloris, Gaël Clichy et Mathieu Debuchy, mais également de Laurent Koscielny, sans doute le meilleur défenseur français à l’heure actuelle, mais barré par le duo Philippe Mexès-Adil Rami dans l’esprit de l’entraîneur.

Et les faiblesses ?

La défense. Philippe Mexès n’a joué qu’un tiers de la saison avec l’AC Milan cette année. Malgré tout, l’ancien Auxerrois est un titulaire incontestable. Face à l’Islande, il a montré de gros signes de faiblesse, tout comme contre l’Estonie. Il faudra donc se méfier du rendement du Lombard, tout comme celui de Patrice Evra, pas vraiment à l’aise dans les derniers matches amicaux. Certes, il est compliqué de parler de faiblesses, mais d’autres joueurs, comme Samir Nasri par exemple, n’ont pas eu l’impact qu’ils étaient censés avoir dans ces amicaux. Ce dernier a eu du mal à s’imposer dans le jeu et n’a pas pesé sur celui-ci. Globalement, la France a de bons joueurs au milieu du terrain, mais souffre la comparaison par rapport à d’autres formations comme l’Espagne, l’Allemagne ou les Pays-Bas.

La France figure dans un groupe solide, aux côtés de l’Angleterre, de la Suède et du pays hôte, l’Ukraine…

L’Angleterre est diminuée par de nombreuses blessures mais reste malgré tout un gros client. La France aura la “chance” de profiter de la suspension de leur meilleur joueur, Wayne Rooney, pour affronter les Three Lions qui affichent tout de même une très belle équipe sur le papier. En Suède, il y a Zlatan Ibrahimovic, Kim Källström et les autres. C’est une bonne formation mais qui est largement à notre portée. Il faudra juste espérer que la star de l’AC Milan ne soit pas dans un grand jour. L’Ukraine est sans doute la formation la plus faible du groupe. Mais il faut se méfier de l’équipe qui joue à domicile.

Quel est l’objectif des Bleus ?

Les Bleus se doivent forcément de viser les quarts de finale. Après, l’adversaire sera l’Espagne ou l’Italie. L’Italie est loin d’être à son meilleur niveau et donc tout à fait prenable. Face à l’Espagne, cela s’annonce bien plus compliqué. Donc, on va dire que l’objectif est d’atteindre les quarts ou les demies. Si la France bat l’Italie ou l’Espagne, elle affrontera sans doute l’Allemagne ou les Pays-Bas au tour suivant…

Un pronostic pour le vainqueur final ?

L’Espagne sera l’équipe à battre. Tout dépendra sans doute des absences de Carles Puyol et de David Villa. Si l’Espagne ne parvient pas à être aussi solide qu’en 2010, les autres nations auront une chance, à commencer par l’Allemagne ou les Pays-Bas. Cela devrait se jouer entre ces trois équipes.

 

Le programme des Bleus au 1er tour :

– Lundi 11 juin (12h EST) : France – Angleterre

– Vendredi 15 juin (12h EST) : France – Ukraine

– Mardi 19 juin (14h45 EST) : France – Suède

Les deux premières équipes du groupe seront qualifiées pour le tour suivant. Elles rencontreront les deux équipes qualifiées issues du groupe C (Espagne, Italie, Irlande et Croatie). Les quarts de finale auront lieu à partir du 21 juin, les demi-finales le 27 juin. La finale aura lieu le 1er juillet à Kiev.

Site officiel de l’Euro 2012 : www.uefa.com/uefaeuro

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related