Subscribe

Les Bleus se donnent en spectacle et lancent la chasse au “traître”

L’équipe de France est entrée dans l’univers de la télé-réalité dimanche sur TF1, où Franck Ribéry, au bord des larmes, a avoué qu’il souffrait en Bleu depuis l’Euro-2008, alors que Raymond Domenech, a juré qu’il n’y avait pas eu “d’affrontement” avec Nicolas Anelka.

Soudain, Franck Ribéry s’avance, de manière impromptue. Il supplante le sélectionneur, qui depuis une dizaine de minutes, lors de l’émission Téléfoot, se défend sur l’affaire Anelka ou le parcours des Bleus.

Vêtu d’un simple short et tee-shirt bleus, l’attaquant, qui boude la presse depuis le début du Mondial, est venu livrer sa vérité.

Il vient d’abord démentir la dernière rumeur qui assaille les Bleus: une prétendue bagarre qui l’aurait opposé à Yoann Gourcuff dans l’avion ramenant l’équipe vers Knysna (sud), après la défaite face au Mexique (0-2) à Polokwane, dans la nuit de jeudi à vendredi.

“Je lis que j’ai un problème avec lui. C’est faux, lâche-t-il. A un moment, il avait l’air triste. Je suis allé lui parler, parce qu’on a besoin de lui”.

Puis il s’épanche, sur le groupe. “Ca a explosé. Bien sûr que ça a explosé. On est en train de souffrir. Mais il n’y a pas que nous. C’est la France qui est en train de souffrir, c’est notre pays”. Il s’arrête: “C’est mon coeur qui parle. (…) Là, on est en train de rentrer dans un truc, tout le monde est en train de se foutre de nous, dans le monde”.

Le discours s’emballe. Ribéry, dont les attitudes de caïd ont été pointées par la presse, s’exprime avec des sanglots dans la voix: “J’ai les boules. Parce que là, on ne joue plus au foot. (…) Depuis l’Euro-2008, on vient en équipe de France pour (ne) connaître que des problèmes dans le groupe puis avec l’extérieur”.

Domenech cherche aussi le traître

Puis l’émotion s’en va. Comme le capitaine Patrice Evra samedi, Ribéry stigmatise le “traître”, accusé d’avoir livré au journal l’Equipe les insultes proférées par Nicolas Anelka à l’encontre de Raymond Domenech à la mi-temps de France – Mexique. “Il y a un traître qui a sorti trop de trucs. C’est important; on aura un soulagement que savoir (qui) c’était. Il n’a pas respecté le groupe, personne”.

Raymond Domenech est tiré de son silence. Et lui aussi traque la +balance+: “Je suis inquiet de savoir d’où ça peut venir… A l’heure actuelle, ce n’est pas ce qui nous préoccupe le plus. On veut sortir de ça. L’important c’est l’Afrique du Sud”, prochain adversaire mardi.

D’ailleurs, le sélectionneur est persuadé que la qualification, qui passe notamment par un succès sur les Bafana-Bafana, “est encore possible”. Avant l’irruption de Franck Ribéry, le sélectionneur avait livré sa version sur l’affaire Anelka: “Ce n’était pas un affrontement, a-t-il dit. Les gens n’imaginent pas la pression. On est dans un vestiaire, le sélectionneur dit quelque chose à un joueur qui est déjà sous pression, il peut avoir un moment d’énervement, il a des mots.”

“Le problème, je l’avais réglé en interne, c’était fini, poursuit Domenech. J’aurais eu une discussion avec lui après. Le lendemain (vendredi), je lui ai laissé la possibilité de venir s’excuser, ce qu’il n’a pas voulu faire.” Anelka a été exclu du groupe samedi.

Le jeu, les considérations tactiques, ont été à peine évoqués, à quarante-huit heures d’un match peut-être décisif pour la qualification pour les huitièmes de finale.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related