Subscribe

Les célèbres bols bretons Henriot cherchent un repreneur

Le faïencier quimpérois HB Henriot, dont le bol à oreilles peint à la main est un des produits phare du patrimoine des arts de la table bretons, a été placé en redressement judiciaire et cherche désormais un repreneur, a-t-on appris mardi auprès de l’entreprise.

“Le redressement judiciaire va permettre aux investisseurs de se manifester”, a déclaré à l’AFP un porte-parole d’HB Henriot. Il a également précisé qu’il n’y a pas de “menace sur l’emploi” et que l’entreprise qui honore ses commandes fonctionne “normalement”. HB Henriot, qui emploie 50 salariés pour un chiffre d’affaires de 2 millions d’euros, subit de plein fouet la concurrence asiatique, principalement dans le domaine du bol breton inventé en 1936 par la PME. Les bols à oreilles, avec un prénom peint, avaient connu un énorme succès auprès des premiers vacanciers du Front populaire. Le faïencier n’est aujourd’hui plus leader sur ce marché en raison d’un coût de production très élevé.

“Nous sommes très copiés sur ce produit”, a affirmé le porte-parole, qui précise que l’ensemble de la production d’HB Henriot est “100% française” et “entièrement peinte à la main”. “C’est une spécificité de l’entreprise”, alors que la concurrence utilise un procédé de “décalcomanie” pour imprimer les bols, a-t-il également dit. La municipalité de Quimper, qui tient à sauvegarder le savoir-faire du faïencier installé dans la cité finistérienne depuis le XVIIe siècle, s’est portée acquéreur des locaux de l’entreprise pour 2,4 millions d’euros, selon son maire PS Bernard Poignant, joint par l’AFP.

“Moi, je ne voudrais surtout pas qu’elle (l’entreprise HB Henriot) disparaisse. J’espère vraiment qu’il y aura un repreneur”, a affirmé M. Poignant en précisant que plusieurs candidats étaient sur les rangs, dont l’entreprise quimpéroise de confection Armor Lux. Mais son PDG Jean-Guy Le Floc’h, qui ne donnera pas de réponse avant une quinzaine de jours estime que c’est “beaucoup trop tôt” pour se prononcer. “On a pas eu le temps d’étudier le dossier”, a déclaré le bonnetier quimpérois.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related