Subscribe

Les chefs républicains critiquent l’approche d’Obama sur l’emploi

Les chefs républicains du Congrès américain ont critiqué mardi le plan de 447 milliards de dollars présenté par Barack Obama sur l’emploi, estimant que les hausses d’impôts proposées ne résoudraient pas le problème.

“En tant qu’ancien patron de petite entreprise moi-même, je peux vous dire que nous avons une approche un peu différente pour créer des emplois que nos amis (démocrates)”, a dit le président de la Chambre des représentant John Boehner lors d’un point presse mardi. Selon M. Boehner, mettre en place des “hausses d’impôts permanentes” pour payer les “dépenses temporaires” du plan emploi n’est pas souhaitable. “Je ne pense pas que cela va vraiment aider notre économie comme cela devrait”, a dit M. Boehner.

Mais il est resté prudent en assurant, comme il l’avait déjà fait, que le Bureau du Budget du Congrès (CBO) va examiner le plan du président pour en évaluer son coût et que la Chambre le passerait en revue ensuite au cours de plusieurs auditions. “Le président et le Congrès doivent trouver un terrain d’entente sur la façon d’aider l’économie”, a-t-il dit.

Plus sévère, le leader de la minorité républicaine du Sénat, Mitch McConnell, a estimé que le plan du président qui a été transmis au Congrès lundi était “plus un plan pour la réélection qu’un plan emploi”. “Les détails que nous avons eu hier ne font que renforcer l’impression que ceci était un exercice politique”, a dit le chef républicain devant le Sénat. M. McConnell a rejeté l’appel du président Obama à augmenter les impôts sur les Américains les plus riches et les entreprises en vue de financer le plan emploi. Sur le papier, M. McConnell dispose d’une minorité de blocage pour faire barrage au plan de M. Obama.

M. Obama mène une offensive tous azimuts afin de tenter de convaincre les républicains qui contrôlent la Chambre de donner leur aval au plan pour l’emploi. Mardi, le président se trouvait dans l’Ohio (Centre), fief de M. Boehner et Etat stratégique sur la carte électorale américaine. Lundi, la Maison Blanche a pour la première fois évoqué des hausses d’impôts à partir de 2013 pour financer le plan, notamment l’élimination des niches fiscales pour les compagnies pétrolières et gazières, les propriétaires d’avions d’affaires et les foyers dont les revenus annuels dépassent 250.000 dollars.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related