Subscribe

Les créateurs du Ticket Restaurant lancent un programme nutritionnel aux Etats-Unis

Endered, l’inventeur français du Ticket Restaurant lance aux Etats-Unis NutriSavings, un programme destiné à encourager une alimentation saine chez les employés américains afin de réduire les coûts de santé des entreprises.

Les Français, Italiens et Brésiliens sont familiers du populaire “ticket resto”, ou “chèque déjeuner”, lancé par le groupe français Endered. Si est présent depuis 15 ans à Watertown dans le Massachussetts, sa présence reste limitée sur le marché américain avec “seulement” 12 000 clients et 475 000 bénéficiaires des programmes existants.

Lutter contre l’obésité, une affaire de santé publique

Les créateurs du célèbre Ticket Restaurant ont cherché une solution qui pourrait intéresser les entreprises américaines et améliorer le bien-être de leurs employés et par conséquent, leur performance. Mi-octobre, Edenred a ainsi lancé NutriSavings, un programme visant à améliorer la nutrition des employés des entreprises et lutter, in fine, contre l’obésité et les maladies cardio-vasculaires qui sont souvent la conséquence d’une mauvaise alimentation.

“La population américaine n’est pas en bonne santé et les coûts de santé, qui sont en constante augmentation, reposent souvent sur les entreprises”, explique Gérard Bridi, le directeur d’Edenred USA. Selon une étude, 172 millions d’Américains, soit un peu plus de la moitié de la population, sont couverts par une assurance payée par leur employeur. Les maladies chroniques correspondent à 75% des dépenses du système de santé américain. D’après les données du ministère du Travail américain et l’US Census Bureau, l’agence américaine des statistiques,  70% d’entre elles pourraient être empêchées.

Des coupons à points pour inciter les employés à mieux manger

S’ils adhèrent au programme, les employés devront partager avec Edenred le contenu de leur chariot au supermarché. La société donnera ensuite un score nutritionnel aux produits qu’ils achètent, par un système de points, de 1 à 100. Le chiffre 100 correspond aux aliments qui possèdent une haute valeur nutritive. Le panier de l’Américain moyen est aujourd’hui situé entre 35 et 40, selon Edenred. L’objectif est de faire monter ce score afin de changer les habitudes de consommation des citoyens en les aidant à s’orienter vers des produits plus sains grâce à un système de récompense, les fameux coupons de réduction, très utilisés aux Etats-Unis.

Harvard Pilgrim Health Care est le premier client d’Edenred sur ce programme. Depuis un mois, ce plan de santé de Nouvelle-Angleterre fait bénéficier ses employés de NutriSavings. “Les seules conclusions que l’on peut tirer en si peu de temps, c’est que la participation est plus importante que prévue. C’est une démarche volontaire, qui n’est pas obligatoire. Et en général, sur des programmes comme celui-ci la participation n’est pas plus haute que 10 à 15%”, souligne Gérard Bridi.

NutriSaving dans le prolongement d’Obamacare

Effet de nouveauté ou véritable prise de conscience sur la nécessité d’endiguer les mauvais achats qui conduisent à la malbouffe aux Etats-Unis ? Edenred promet en tout cas un système gagnant-gagnant pour l’employeur avec une hausse de la productivité et une baisse de l’absentéisme de ses salariés. Le message est le même pour les revendeurs, producteurs et autres détaillants qui positionneraient ainsi leur image de marque, de manière très positive, dans le domaine du bien-être.

On peut tout de même se poser la question de l’efficacité réelle d’un tel programme d’adhésion volontaire. Quelle sera l’amélioration de la santé des employés bénéficiaires, concrètement parlant ? Edenred USA insiste sur le rôle préventif de ce nouveau produit, en citant Michelle Obama qui a fait de la diététique une des priorités de son action. La nutrition sera aussi un des piliers de la réforme de santé de Barack Obama. Le discours de NutriSaving pourrait donc être entendu.

 






Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related