Subscribe

Les défis qui attendent Barack Obama

Au lendemain des élections présidentielles américaines, France-Amérique se penche sur les grands enjeux qui attendent Barack Obama. Économie, environnement, diplomatie… Autant de domaine où il est urgent d’agir surtout si le nouveau président veut pouvoir fournir des résultats avant les élections de mi-mandat en 2010.

« Sur quels fronts le prochain président des Etats-Unis devra -t-il agir en priorité ? » demandait Brent Scowcroft, ancien conseiller à la sécurité nationale des présidents Gerald Ford et H.W Bush, lors d’une conférence à Harvard la semaine dernière . « Je suis bien content de ne pas à avoir à rédiger la première note de service à ce sujet parce que elle serait très très décourageante. La liste des problèmes est tellement longue qu’il serait extrêmement difficile de les classer par ordre de priorité. »

Restaurer les fondamentaux de l’économie

Les indicateurs économiques sont alarmants : un taux de chômage de 6,1 % pour le mois de septembre (les chiffres du mois d’octobre paraissent dans 3 jours et le chômage devrait encore avoir augmenté), un taux de croissance de 2,7% qui pourrait être presque nul d’ici à fin de l’année et pour la première fois en 20 ans, une baisse de la consommation. Le nouveau président va être directement confronté à la restauration des grands fondamentaux de l’économie. L’assainissement du système financier sera bien sûr l’une des priorités, mais la question centrale sera de savoir si les milliards de dollars versés pour le sauvetage des banques seront suffisants pour éviter que la crise ne s’aggrave. Selon Morris Goldstein, ancien membre du Peterson Institute for International Economics, « la crise a causé tellement de dégâts que cela va forcément inciter à réformer le système de régulation financier ».

Juguler le déficit public

Depuis la mi-septembre, la dette publique a augmenté de 500 milliards de dollars. Jusqu’à présent, aucun président ne s’était réellement soucié d’assainir le débicit budgétaire de l’Etat mais la question ne pourra désormais plus être évitée. Le coût du financement de la sécurité sociale et des programmes Medicare (aide aux personnes de plus de 65 ans) et Medicaid (aide aux individus à faible revenu) devrait atteindre 43% des dépenses fédérales en 2008 selon le Congressional Budget Office. La dette de l’Etat qui était de 5,8 trillions de dollars en 2001 (1 trillion= 1 million de milliard), pourrait atteindre 11 trillions en 2009. Et selon Peter R. Orszag, ancien économiste au Brookings Institute, le challenge sera d’autant plus important que les Etats-Unis devront bientôt cesser de compter sur les prêts étrangers. « Si les Etats-Unis ne se décident pas à limiter leurs emprunts auprès des créanciers étrangers, il se retrouveront complètement démunis le jour où les créanciers décideront de ne plus leur prêter », explique-t-il.

Trouver un équilibre énergie-environnement

Devant l’envolée des prix du pétrole, le prochain gouvernement devra non seulement augmenter le nombre d’exploitations offshore mais également encourager le développement de sources d’énergie alternatives. Mais la question énergétique ne pourra être réglée sans prendre en compte celle du réchauffement climatique. Selon les experts, le prochain président sera confronté à un véritable casse-tête puisque tout programme visant à diminuer l’émission de gaz à effet de serre, entraînera une hausse des prix du gaz et de l’électricité. « Les solutions pour répondre à la crise du prix du pétrole et à la crise climatique sont quasiment opposées », explique Henry Lee, maître de conférence en politique publique à Harvard. Pour mettre en place une politique efficace de lutte contre l’émission de gaz à effet de serre, Barack Obama devra avant tout convaincre les Américains que cela ne nuira pas à leur portefeuille.

Réparer l’image du pays à l’étranger

« L’image des Etats-Unis à l’étranger n’est pas bonne en ce moment », a déclaré Brent Scowcroft à Harvard jeudi dernier. L’ancien conseiller de George H.W. Bush et Zbigniew Brzezinski, lui même ancien con

seiller de Jimmy carter pour la Sécurité Nationale, avec qui il a coécrit Conversation sur le futur de la politique étrangère américaine
ont tous deux fait le constat que la politique étrangère américaine ne fonctionnait plus. « Le modèle de la guerre froide est révolu, il est nécessaire de redéfinir la suprématie américaine », a déclaré Brzezinski lors d’une émission sur NPR (National Public Radio). Selon les observateurs politiques, le 44ème président des Etats-Unis devra avant tout se montrer à l’écoute des autres pays, s’il veut restaurer l’image du pays à l’étranger. « L’une des premières choses que le prochain président devra faire sera de rétablir la confiance internationale envers notre pays, et de convaincre nos amis et nos alliés que les Etats-Unis sont prêts à les écouter et à les aider », a déclaré l’ancien secrétaire d’Etat Colin Powell.

La question irakienne : la guerre en Irak, qui devrait coûter plus de 3000 milliards de dollars aux Etats-Unis, selon les estimations de l’économiste Joseph Stiglitz, a déjà causé la mort d’environ 5000 soldats américains et 90 000 civils irakiens. Le déploiement de 30 000 hommes supplémentaires en février 2007, (le fameux « Surge » soutenu par John McCain) devait être temporaire. La nouvelle administration sera donc confrontée à la délicate question du calendrier de retrait des troupes. Sur ce sujet, démocrates et républicains se sont opposés pendant la campagnee. Pour Brent Scowcroft, les troupes américaines ne doivent pas se retirer tant que le régime irakien n’est pas totalement installé et sécurisé ; la stabilité de la région en dépend. C’est également la position de John McCain. Pour Zbigniew Brzezinski, au contraire, la création d’un Etat irakien viable exige que les Etats-Unis se retirent. La présence américaine en Irak « ne fait que perpétuer le problème », explique-t-il. Barack Obama souhaite également au plus vite (il se donne 16 mois) retirer d’Irak les troupes américaines pour les redéployer en Afghanistan, où il juge la lutte contre le terrorisme plus pertinente.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related