Subscribe

Les dessous chics de Valérie Delafosse

Depuis près de 40 ans, la maison de lingerie française Eres épouse à la perfection les courbes du corps des femmes. Valérie Delafosse,  directrice artistique de la marque qui compte quatre boutiques aux États-Unis, en délivre les secrets.

« Eres est d’abord un véritable architecte du corps ». Ainsi est défini Eres par sa directrice artistique, Valérie Delafosse. Lignes épurées, taille haute, galbe parfait, tissus seconde peau, tons uniques, sophisticité et luxe : entre dentelles souvent trop affriolantes et frous-frous parfois un peu trop superflus, la marque parisienne Eres, a su tirer son épingle dans le jeu impitoyable des dessous féminins.

Valérie Delafosse perpétue avec intuition et talent les préceptes qui ont permis à Eres de devenir aujourd’hui une marque de sous-vêtements et de maillots de bains réputés pour leur parfaite adéquation avec la complexité des courbes féminines. Après avoir fait ses classes chez Thierry Mugler et Azzedine Alaïa, elle fait partie de l’aventure de la célébrissime marque Princesse Tam-Tam avant d’officier chez Dior, Cacharel, Gap Body et Chloé, toujours dans le département lingerie.
En 2007 elle prend les commandes de la maison parisienne fondée en 1968 par  Irène Leroux. 1968, tout un symbole. Les étudiants sont dans la rue, la pilule contraceptive entre enfin dans les mœurs, les jupes se font minis et la première boutique Eres ouvre place de la Madeleine à Paris. Lorsqu’Irène Leroux lance sa marque, la société française est en pleine mutation. Le maître mot est : LIBÉRATION de la femme. Finies les armatures qui marquent la peau et qui compressent les chairs. Le maillot de bain est désormais pensé pour être porté comme un vrai vêtement, chic et confortable. Il se doit de mettre les atouts féminins en valeur. Et pour la première fois, le maillot de bains est proposé toute l’année. Le succès est immédiat.

Deux ans après avoir été rachetée  par Chanel, la ligne de lingerie voit le jour en 1998. « Il y avait un style de lingerie qui manquait aux femmes », explique Valérie Delafosse. « Nous travaillons de façon quasi chirurgicale sur la coupe et nous nous concentrons particulièrement sur la technicité des tissus que nous utilisons pour exécuter nos modèles », commente-t-elle.  Un Lycra nerveux et dont la finesse est extrême, sculpte le corps à l’image du Jersey Lumière exclusivement fabriqué pour la collection Hiver 2008-2009. La couleur a aussi toute son importance. « Je suis une grande consommatrice de produits de beauté, pour moi la couleur au teint est essentielle », explique Valérie Delafosse en riant. Ainsi, à la façon des coloristes, l’équipe de création développe des couleurs exclusives telles que le nude nougat, rouge plus que carmin, des bleus gris requin bleu.

Valérie Delafosse compare souvent la lingerie à la chaussure : « Les femmes ont toutes un corps à  la profondeur différente. » Les Américaines, par exemple, sont un peu plus fortes et carrées que les Françaises. Les tailles ont été adaptées aux États-Unis comme en Allemagne. Mais la vraie différence entre la clientèle américaine et française est que les premières achètent plus selon leur coup de cœur, alors que les secondes sont plus réfléchies.
Avec quatre boutiques aux États-Unis, la maison Eres ne compte pas s’arrêter là. « Mon rôle est de faire en sorte que l’univers Eres se retrouve dans le monde entier », conclut-elle. 

www.eresparis.com

Repères
1968 – Irène Leroux, fonde  la marque Eres place de la Madeleine à Paris
1996 – Chanel rachète la griffe
1998 – Création de la ligne de lingerie
2007 – Valérie Delafosse quitte Princesse Tam-Tam et succède à Irène Leroux

American Beach
Jeu de découpe, de fronces, détails et finitions s’inspirent des uniformes des majorettes et des ballets nautiques de la Metro Goldwyn Mayer dans les années 30. La collection de maillots de bains et de beachwear 2009 s’inspire résolument des belles Américaines : les stars hollywoodiennes ultra-glamours, la folie des casinos de Las Vegas, les cocktails enivrants sirotés au bord de la piscine. Les tons pastel et laiteux rappellent un Miami rétro avec son quartier Art Déco. Les coloris profonds et militaires sont un clin d’oeil aux costumes traditionnels des parades et des fanfares. La collection est réalisée en jersey Lycra mat Peau Douce, souple, léger et gainant.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Frédéric MalleFrédéric Malle Extrait de France-Amérique n°16 spécial fêtes, du 19 décembre 2007 au 1er janvier 2008 En sept ans, le neveu du cinéaste Louis Malle s'est fait […] Posted in Business
  • La lingerie à l’honneurLa lingerie à l’honneur À l’occasion de la "market week", une semaine consacrée aux salons professionnels dédiés à la mode à New York, la lingerie et le maillot de […] Posted in Business