Subscribe

Les éléments se déchaînent contre les opérations de nettoyage de la marée noire

La tempête tropicale Alex devrait se renforcer mardi pour devenir un ouragan, risquant de perturber les opérations de nettoyage et de récupération du pétrole dans le golfe du Mexique, alors que le vice-président américain Joe Biden était attendu sur place.

Alex, qui a fait au moins 10 morts an Amérique centrale, devrait rester à distance du site de la marée noire, selon le Centre national des ouragans (NHC). Mais, avec des vents de 110 kmh, la tempête pourrait provoquer une forte houle accompagnée de vents violents dans la zone de la marée noire.

D’ores et déjà, la mise en place d’un troisième navire de récupération du brut a dû être repoussée. “Nous allons devoir arrêter les préparatifs pour le Helix Producer”, a assuré l’amiral Thad Allen, qui supervise les opérations de secours, en faisant référence au bâtiment censé augmenter la capacité de récupération du brut qui fuit du puits situé à 1.500 m de profondeur.

Actuellement, quelque 25.000 barils de pétrole sont récupérés chaque jour du puits d’où fuient quotidiennement entre 30.000 et 60.000 barils de brut. Le Helix Producer devait permettre de récupérer au total entre 40.000 et 50.000 barils par jour d’ici début juillet.

Si les vents dépassent les 70 kmh dans la zone de la marée noire, les bateaux participant aux opérations de récupération du pétrole devront quitter la zone, a averti l’amiral Allen. Dans ce cas, les opérations pourraient être stoppées deux semaines, le temps de démonter et remonter les installations et la fin du forage des puits de secours –censés arrêter définitivement l’écoulement de brut– être ainsi repoussée à septembre, selon lui.

L’amiral Allen a par ailleurs souligné que “toute tempête risque de pousser le pétrole plus loin dans les marais”. Jusqu’à présent quatre Etats ont été touchés par la marée noire provoquée par l’explosion le 20 avril d’une plateforme pétrolière, de la compagnie BP, située à 80 km des côtes américaines: le Mississippi, la Louisiane, l’Alabama et la Floride.

M. Biden devait visiter mardi le centre de commandement des opérations de nettoyage à la Nouvelle-Orléans, en Louisiane, avant de se rendre en Floride où les autorités ont été contraintes de fermer certaines plages habituellem

ent très prisées par les touristes en ce début de saison estivale.

A 12H00 GMT, le centre de la tempête, qui avance vers le nord-ouest à 19 kmh, se situait à quelque 540 km au sud-est de Brownsville (Texas). A ce rythme, elle devrait toucher terre tôt jeudi juste au sud de la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, selon le NHC, qui indique qu’elle pourrait devenir un ouragan en fin de journée.

Par mesure de précaution, les compagnies pétrolières Shell et ExxonMobil ont indiqué lundi avoir évacué une partie du personnel de leurs plateformes. En attendant, le coût de la marée noire pour BP ne cesse d’augmenter. La compagnie a indiqué lundi avoir déjà dépensé 2,65 milliards de dollars (2,1 milliards d’euros).

Vendredi, le compteur était à 2,35 milliards de dollars. BP dépense donc désormais quatre millions de dollars par heure. L’ancien président américain Bill Clinton a jugé lundi sur la chaîne CNN qui si les efforts pour stopper définitivement la fuite de brut grâce au forage de puits de secours devaient échouer, il faudrait peut-être faire sauter le puits. La marine américaine pourrait “faire exploser le puits et couvrir la fuite avec des tas et des tas de roches et de débris”, a-t-il estimé.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related