Subscribe

Les Etats-Unis poursuivent l’ex-trader français Julien Grout

Les Etats-Unis ont engagé mercredi des poursuites pénales contre deux ex-traders de la banque JPMorgan Chase dans l’affaire dite de la “baleine de Londres”, à savoir le Français Julien Grout et l’Espagnol Javier Martin-Artajo.

Tous deux sont accusés d’avoir falsifiés les comptes internes de la première banque américaine pour dissimuler 6 milliards de dollars de pertes dans les dérivés de crédits européens l’an dernier. “Entre au moins mars 2012 et jusqu’en mai 2012, Javier Martin Artajo, en connaissance de cause, s’est entendu avec d’autres pour commettre des actions criminelles contre les Etats-Unis, pour falsifier des comptes et bilans” en violation des lois américaines, énonce la plainte contre M. Martin-Artajo. Celle contre M. Grout est rédigée de façon similaire.

Bruno Iksil, l’ex-trader français de JPMorgan Chase surnommé la “baleine de Londres” en raison de l’ampleur de ses paris dans les dérivés de crédits qui ont mal tourné, ne devrait, lui, pas être poursuivi par les autorités américaines. Les positions énormes de M. Iksil étaient devenues trop “visibles” début 2012 dans le marché opaque où les dérives se négocient de gré à gré. Les autres traders se sont retournés contre lui, forçant la première banque américaine à brader ses positions, ce qui lui a coûté au final plus de six milliards de dollars.

Julien Grout était son subordonné dans le bureau londonien d’investissements en propre de JPMorgan, en charge de la préparation des documents internes faisant le bilan quotidien des pertes et profits des positions de son service sur les marchés. Javier Martin-Artajo était le supérieur de M. Iksil, chargé de la stratégie de courtage du service pour lequel tous trois travaillaient depuis Londres, à savoir les investissements en propre de la banque (CIO).

Un rapport sénatorial américain publié en mars a révélé que ces bilans internes quotidiens sur les positions incriminées utilisaient des méthodes de calcul qui minimisaient les pertes encourues de plusieurs centaines de millions de dollars.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related