Subscribe

Les États-Unis vont envisager “une pression supplémentaire” sur l’Iran

Les Etats-Unis vont réfléchir aux moyens d’une possible “pression supplémentaire” sur l’Iran, après un rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) accusant ce pays d’avoir cherché à se doter de l’arme atomique, a annoncé Washington mercredi.

“Ce sont des allégations très graves, des accusations graves, et l’Iran doit, enfin, dialoguer de façon crédible et transparente avec l’AIEA pour répondre aux inquiétudes”, a commenté Mark Toner, un porte-parole du département d’Etat. Dans un rapport mardi, l’AIEA a exprimé de “sérieuses inquiétudes” sur ce programme en invoquant des informations “crédibles” selon lesquelles l’Iran a travaillé à la mise au point de l’arme atomique, livrant pour la première fois des éléments étayant les soupçons occidentaux sur des visées militaires. L’administration Obama, a annoncé M. Toner, va consulter ses alliés et partenaires et “examiner les moyens d’imposer une pression supplémentaire à l’Iran”. “Nous envisageons toute une gamme de possibilités”, a-t-il ajouté. M. Toner a estimé que le rapport “démontre ce que les Etats-Unis savent et disent depuis des années, et qui est l’Iran a eu un programme d’armes nucléaires, et qu’il lui reste à fournir la preuve qu’il a abandonné son intention de développer des armes nucléaires”.

Les grandes puissances du groupe des Six ou 5+1 (Allemagne, Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni et Russie) ont réagi de façon décousue au rapport. Paris et Londres sont pour de nouvelles et fortes sanctions contre l’Iran. La Russie a, en revanche, fait savoir mercredi qu’elle ne soutiendrait pas de nouvelles sanctions, jugeant qu’il n’y avait rien de “fondamentalement nouveau” dans le dernier rapport de l’AIEA. “Nous continuons d’être en consultation avec les Russes et les autres membres du P5+1”, a prudemment réagi M. Toner. Alors qu’un accord semble peu probable dans l’immédiat, le porte-parole américain a toutefois souligné que de nouvelles sanctions unilatérales étaient possibles.

Depuis 2007, l’ONU a infligé à l’Iran quatre séries de sanctions économiques et financières. De leur côté, les Occidentaux, Américains en tête, ont pris des sanctions allant bien plus loin que celles décidées par les Nations unies.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related