Subscribe

Les femmes en transparence de Marc Desgrandchamps à New York

Le peintre lyonnais Marc Desgrandchamps, dont l’une des œuvres a fait la couverture du programme du centre Pompidou à Paris, expose ses toiles à la galerie Zürcher à New York. À découvrir jusqu’au 24 juin prochain.

Le paysage artistique de Marc Desgrandchamps est fait de couches. « Je n’efface jamais, je recouvre », dit d’ailleurs le peintre lyonnais en montrant une femme au visage voilé sur l’une de ses toiles. On retrouve chez l’artiste qui expose ses œuvres du 9 mai au 24 juin au Zürcher Studio à New York, des femmes en transparence qui se fondent dans un paysage souvent dépouillé et sombre. Des femmes dont on n’aperçoit que très rarement les traits du visage. « J’essaie de dépsychologiser le visage », poursuit Marc Desgrandchamps. « Car on a toujours envie d’y associer une humeur. Pendant longtemps, mes personnages sortaient du cadre de mes toiles. J’ai depuis réintroduit des visages en transparence ».

Le peintre figuratif de 49 ans dont deux œuvres ont été achetées par le centre Pompidou à Paris, travaille à partir de photos qu’il prend lui-même ou qu’il trouve dans les médias. Il y associe d’autres éléments puisés dans ses souvenirs. Commence alors un long travaille de juxtaposition, à l’image de ce tableau représentant une plongeuse au visage suggéré qui semble voler dans un paysage montagneux désertique. « J’avais trouvé la photo de cette athlète dans un journal gratuit au moment des Jeux olympiques », explique Marc Desgrandchamps. Quand il commence un tableau, l’artiste dit avoir « une idée de départ » et ensuite ne « rien s’interdire ».

Cette exposition new-yorkaise est pour lui une première. La crise économique que traversent les États-Unis, rend l’exercice un peu plus difficile, mais le peintre se projette au-delà. « Nous vivons une période particulière, mais cela ne veut pas dire que nous devons nous arrêter de vivre ou de créer », glisse-t-il. « Il faut prendre la chose avec stoïcisme. Il n’y a pas de dépression éternelle ».L’artiste ajoute que la transparence des femmes de ces tableaux est, d’une certaine manière, le reflet d’une réalité troublée et d’une certaine précarité.

Marc Desgrandchamps vit à Lyon depuis les années 80. « J’aime cette ville. Il y a un très bon musée d’art contemporain, où j’ai d’ailleurs eu une exposition personnelle en 2004. Mais je n’aurais pas pu vivre à Lyon de manière confortable si je n’avais pas été représenté par des galeries parisiennes qui ont diffusé mon travail de manière nationale », ajoute le peintre. « Je suis très sensible aux sites et aux espaces. Lyon est à un carrefour d’espaces. C’est une ville proche des Alpes, de la Bourgogne, de la Provence… Cette diversité se retrouve dans mes tableaux ». Avec une constante : un ciel bleu, sombre, qui confère à l’ensemble des œuvres exposées à New York un côté lunaire.

 

Infos pratiques

Exposition Marc Desgrandchamps

Du 9 mai au 24 juin. Vernissage le 9 mai de 18h00 à 20h00.

Zürcher Studio

33, Bleecker St

New York, NY 10012

Phone: 212.777.0790

www.galeriezurcher.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related