Subscribe

Les figures libres de Surya Bonaly

La patineuse française Surya Bonaly, cinq fois championne d’Europe, sillonne maintenant le monde, pourvu qu’il y ait de la glace. Après un premier tour de glisse dimanche 14 décembre sur la patinoire du Rockefeller Plaza, elle y enchaînera de nouveau boucles et piqués le 21 janvier avec le Ice Theater of New York, avant de s’envoler pour une tournée française.

Surya Bonaly a abandonné la compétition il y a dix ans, mais pas sa discipline qu’elle adore. Cette figure unique du patinage français qui a littéralement déboulé sur la scène internationale en 1989 lors du championnat du monde de Paris, déboussolant les juges au passage, continue de ravir le public. « Le patinage, c’est ma vie », confie-t-elle. Si ce ne sont plus les médailles qui permettent d’etalonner ses progrès, son tempérament de battante la pousse à donner le maximum lors des représentations de la troupe de Champions on Ice ou celle du Ice Theater of New York. « Il n’y a pas de titre en jeu, donc moins de stress », s’exclame-t-elle. « Mais les gens payent pour nous voir. Ils sont en droit d’attendre de nous une performance de qualité. »

On peut compter sur cette gymnaste accomplie pour assurer le spectacle. Ce sont d’ailleurs ses qualités athlétiques qui lui ont, paradoxalment, coûté l’or, notamment aux championnats du monde où elle terminera trois fois deuxième. « Mon seul regret », avoue-t-elle aujourd’hui en évoquant cette période.

Seule femme au monde à avoir tenté le quadruple boucle piqué, les juges, en effet, lui reprochaient un supposé manque de grâce et boudaient ses enchaînements de sauts époustouflants.Le public, aujourd’hui son seul jury, suivait, mais pas les notes. Surya Bonaly n’a d’ailleurs pas subi ce qu’elle a, tout au long de sa carrière, considéré comme des injustices sans réagir, refusant de monter sur le podium en 1994 ou tournant le dos aux juges à Nagano en 1998. On ne pratique pas le sport de haut niveau sans un caractère bien trempé.

Avec le recul, elle ne regrette pas ses gestes de défience. « Je pense qu’on m’a reproché ma détermination et ma force de caractère parce que j’étais une femme… Mais j’ai juste défendu mes convictions.»

Aujourd’hui, elle estime avoir réussi sa conversion. En plus des tournées qui la tiennent éloignée de Las Vegas où elle habite désormais avec sa mère, elle donne des cours dans une école de patinage. « Cela m’oblige a suivre de plus près les compétitions actuelles. J’avais un peu décroché », avoue-t-elle. Son programme chargé l’empêche aussi habituellement de suivre la politique, mais cette année, « c’était vraiment impossible d’y échapper ! » Désormais citoyenne américaine, elle a donc voté, à la volée, entre deux escales. Elle ne regrette pas ce rythme de globe-trotter auquel elle sacrifie un peu sa vie personnelle. « Ce qui m’angoisse c’est de ne pas travailler. Je tourne chez moi comme un lion en cage », s’exclame-t-elle. Elle espère que la crise financière qui n’a pas épargné le secteur du divertissement n’aura pas d’incidence sur les contrats à venir. Déjà, les prix des spectacles parfois élevés ont été baissé pour continuer d’attirer les spectateurs, qui peuvent compter sur Surya Bonaly pour leur faire oublier leurs soucis.


Elle se produira au Rockfeller Center de New York le 21 janvier et en France du 29 au 31 janvier à Courchevel, Grenoble et Lyon.

Informations : www.icetheater.org

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • A Fantastic Short Film, Shot Between Paris and New YorkA Fantastic Short Film, Shot Between Paris and New York Nicola Rose, a young American puppeteer living in Manhattan, is filming her first short film between New York and Paris. Nicola Rose, 28, was loosely inspired by her own experience to […] Posted in Culture, Cinema
  • Colette sur la 5e AvenueColette sur la 5e Avenue Durant tout le mois de septembre, l'un des plus fameux concept store parisiens, Colette, s'installe chez Gap sur la 5e Avenue à New York. Colette pose ses valises à New York. Dès […] Posted in Culture