Subscribe

Les Français de l’étranger ont leur ministre

Yamina Benguigui a créé la surprise en étant nommée au poste de ministre déléguée aux Français de l’étranger et à la Francophonie, alors que le PS n’était pas favorable au maintien de ce ministère. Reste à savoir quel sera le rôle de la réalisatrice au sein du gouvernement.

Après David Douillet et Edouard Courtial, c’est au tour de Yamina Benguigui, 55 ans, de s’occuper des Français de l’étranger. La réalisatrice a été nommée mercredi soir au poste de ministre déléguée aux Français de l’étranger et à la Francophonie, un poste rattaché au ministère des Affaires étrangères désormais contrôlé par Laurent Fabius. Sa nomination est l’une des rares surprises de l’annonce des membres du gouvernement de Jean-Marc Ayrault.

Un poste qui devait être supprimé

L’affectation de Yamina Benguigui à ce ministère est d’autant plus étonnante que le Parti socialiste avait annoncé durant la campagne qu’il supprimerait le poste de secrétaire d’Etat des Français de l’étranger qu’occupait jusqu’alors Edouard Courtial. Non seulement les Français de l’étranger auront toujours un porte-parole au sein du gouvernement, mais il s’agit cette fois d’un ministre délégué et non d’un simple secrétaire d’Etat.

Quelques heures après la nomination de Yamina Benguigui, il reste difficile de connaître son rôle au sein du gouvernement. La question de la gratuité de la scolarité dans les Lycées Français, par exemple, sera davantage du ressort du ministère de l’Economie et des Finances de Pierre Moscovici ou du ministère du Budget de Jérôme Cahuzac. Une chose est certaine, la double nationalité sera bien maintenue, la ministre déléguée étant elle-même franco-algérienne.

Une réalisatrice engagée auprès des femmes et des immigrés

A la lumière du C.V. de Yamina Benguigui, rien ne laissait présager qu’elle prenne en main le ministère des Français de l’étranger et de la Francophonie. Une nomination à la Culture aurait été moins étonnante. Adjointe au maire de Paris en charge des droits de l’Homme et de la lutte contre les discriminations jusqu’à ce jour, elle est surtout connue pour son parcours télévisuel. C’est au ciné-club, avec America, America d’Elia Kazan, que naît sa vocation de cinéaste.

Elle a notamment produit des programmes culturels et des documentaires qui lui ont valu plusieurs récompenses, comme Mémoires d’immigrés (1997), le long métrage de fiction Inch’Allah dimanche (2001) et plus récemment la fiction télévisée Aïcha (2007), qui a atteint un record d’audience. Son combat pour la diversité a été salué par Jacques Chirac qui l’a faite Chevalier de l’ordre de la Légion d’honneur et de l’ordre des Arts et des Lettres en 2003.

Avant la formation du gouvernement, Yamina Benguigui, qui se dit “briseuse de silence et accoucheuse de mémoires”, avait signé sur le site du Nouvel Observateur un appel au candidat François Hollande avec d’autres personnalités issues de l’immigration dont les actrices Rachida Brakni et Isabelle Adjani. Proche de l’ancienne ministre Rachida Dati, à droite, elle avait également travaillé auprès de Martine Aubry lors de la primaire socialiste en 2011.

Interview de la nouvelle ministre déléguée aux Français de l’étranger et à la Francophonie, Yamina Benguigui, sur TV5Monde (jeudi 17 mai) :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related