Subscribe

Les Français des Etats-Unis jugent Obama et Romney

Si les Français de métropole sont très favorables au président sortant, les expatriés français aux Etats-Unis sont plus partagés. France-Amérique a recueilli leurs témoignages.

Emile Servan-Schreiber, 49 ans, directeur de la société de consulting Lumenogic, New York, NY

Face à la “droitisation effarante” du Parti républicain, l’ancien candidat aux législatives en Amérique du Nord votera à nouveau pour Barack Obama. Emile Servan-Schreiber se dit de “gauche pro-business” aux Etats-Unis là où il est de “droite progressiste” en France. “Obama serait horrifié par le programme du PS en France, et la plupart des leaders de droite en France ne pourraient pas adhérer au GOP”. Très préoccupé par l’issue de l’élection américaine, il estime que le redressement économique du pays passe par Barack Obama. “Si le second mandat de Reagan a été florissant, les douze années Bush ont été catastrophiques comparées aux douze années Clinton-Obama. Donc les républicains n’ont aucune leçon à donner aux démocrates sur le terrain économique. Ce serait plutôt l’inverse”. Pour Emile Servan-Schreiber, le président sortant est le meilleur candidat pour le Parti démocrate. “J’apprécie sa droiture, son humanité et son intelligence. En incarnant ces valeurs, il a réhabilité l’image de l’Amérique dans le monde. Sur le plan économique, il n’a pas non plus démérité”. Convaincu par les quatre ans de l’administration Obama, Emile-Servan-Schreiber s’est engagé financièrement dans la campagne du candidat démocrate. “Je m’amuse depuis longtemps à parier sur les élections américaines. Cette année, c’est avec l’argent que je gagne face à ceux qui parient sur Romney que je contribue financièrement à la campagne d’Obama. C’est d’autant plus satisfaisant !”

Monique, 75 ans, retraitée, Beverly Hills, CA

Aux Etats-Unis depuis 40 ans, Monique va voter pour la première fois à la présidentielle américaine. Convaincue que les Etats-Unis courent à leur perte avec Barack Obama, elle votera pour Mitt Romney le 6 novembre prochain. “Les quatre dernières années furent désastreuses pour l’Amérique, avec des millions de dollars de dette, des millions de citoyens au chômage et une force militaire affaiblie. L’Amérique a perdu sa puissance dans le monde entier”. Monique n’hésite pas à parler du président américain comme d’un “futur dictateur”, “ami de Hugo Chavez, Fidel Castro et Vladimir Poutine”. La politique étrangère de l’administration actuelle est pour elle catastrophique : “Obama est un socialiste qui n’a jamais compris la puissance de l’Amérique dans le monde, l’importance de nos alliés comme Israël, ni le danger de nos ennemis”. Même si elle aurait préféré une nouvelle candidature de John McCain, la Française a une grande confiance en Mitt Romney. “Il est un homme capable, honnête, avec une grande expérience. Il rétablira la puissance du pays dans le monde”. Monique est “déçue de l’ignorance des Français” sur la politique américaine et désabusée de constater qu’il soutiennent toujours Barack Obama. “En 4 ans, il a totalement divisé les partis et les races”.

Richard Ortoli, 62 ans. Avocat, New York, NY

Affilié au Parti républicain, le conseiller à l’Assemblée des Français de l’Etranger (AFE), Richard Ortoli, donnera pourtant son vote à Barack Obama, comme il y a quatre ans. “Je suis un républicain du centre. Mais j’ai du mal à me reconnaître dans le Parti républicain qui n’a pratiquement plus de centristes”. Richard Ortoli regrette notamment que Mitt Romney, “qui a mis sur pied un système de couverture santé similaire à Obamacare dans le Massachusetts”, soit “inféodé aux extrémistes de droite du parti. Son choix de vice-président en est la preuve”. Richard Ortoli n’est pas étonné que les Français de métropole préfèrent Barack Obama. “Je pense que les Français sont naturellement plus à gauche que les Américains. L’idée qu’un candidat puisse prêcher le démantèlement de la couverture sociale est choquante. Et puis, la question de sa religion (le mormonisme, ndlr) les dérange”.

Gilbert Rebillet, 69 ans, directeur d’une agence immobilière, Dallas, TX

Dans l’incapacité de voter pour l’élection présidentielle française, Gilbert Rebillet espère bien se rattraper avec l’élection américaine. Après avoir soutenu Ronald Reagan et George W. Bush, c’est tout naturellement vers Mitt Romney que s’est fait son choix. “Il a une vraie compréhension de l’économie et une profonde connaissance de la politique locale et étrangère”. Il trouve également à Mitt Romney un talent de leader, qui selon lui fait cruellement défaut à son adversaire démocrate. “Barack Obama est trop prétentieux, arrogant et a une vision très limitée sur de nombreuses questions”.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related