Subscribe

Les Français s’entraident pour voter par internet

Comme lors de l’élection législative de juin dernier, le vote internet a été un casse-tête pour de nombreux expatriés d’Amérique du Nord, malgré une vraie entraide des Français.

Habitant à une heure du bureau de vote dont elle dépend, celui de Las Vegas, Véronique a choisi, comme l’année dernière, de ne pas se rendre à l’urne. “Le vote internet ne m’inspire pas vraiment confiance mais je tiens à donner ma voix à mon candidat”. Il est 14h vendredi lorsqu’elle décide de se connecter au site votezaletranger.fr. Deux heures plus tard, et après deux coups de fil à l’assistance téléphonique mise en place par le ministère des Affaires étrangères, Véronique n’a toujours pas pu donner sa voix. Un message d’erreur lui indique que sa configuration actuelle ne lui permet pas de voter, et ce malgré le téléchargement de la dernière version de Java sur son Macintosh. “Les conseils qui m’ont été donnés au téléphone pour pouvoir voter étaient du charabia pour moi. S’il faut être geek pour voter maintenant…”

Un avis partagé par de nombreux Français qui regrettent que le vote internet ait parfois nécessité des bonnes connaissances en informatique. Loic Gonsolin, étudiant à l’université de Montréal, s’est lui aussi arraché les cheveux pour pouvoir voter. “J’étais incapable de dépasser l’étape 1/4 du vote. Quand je cliquais sur “Entrée” une fois mon identifiant et mon mot de passe écrits, rien ne se passait”. Après avoir vidé la mémoire cache du logiciel Java, Loic a finalement pu voter mais n’est pas convaincu que beaucoup d’électeurs auront été aussi tenaces que lui. “La plateforme de vote est très mal configurée et beaucoup ont dû lâcher prise à cause de ça, ce qui est déplorable et nuit à la représentativité du vote”.

Bien décidée à voter elle aussi, Rose-Claire Chapuis, expatriée à Montclair en Californie, a éprouvé toutes les peines du monde à voter par internet. Après avoir eu un message d’erreur lui affirmant que les conditions de sécurité n’étaient pas satisfaites, et sans réponse de l’assistance téléphonique prévue à cette effet, Rose-Claire s’est tournée, comme d’autres, vers un forum facebook d’expatriés sur la législative pour comprendre le dysfonctionnement. Malgré les nombreux conseils et tutoriels mis en place par certains Français, Rose-Claire était, un jour plus tard, toujours dans l’incapacité de voter, jusqu’à ce que miraculeusement la plate-forme de vote finisse par fonctionner.

Les candidats se mobilisent

Outre les forums et l’aide mise en place par le quai d’Orsay, plusieurs candidats tels Louis Giscard d’Estaing (UDI), Frédéric Lefebvre (UMP) et Franck Scemama (PS) avaient également organisé un appui par courriel et téléphone aux Français d’Amérique du Nord qui auraient eu des difficultés à voter. Au PS, on assure avoir eu au moins autant de demandes que lors du vote internet de juin dernier. Sylvain Bruni, directeur de campagne de Franck Scemama, affirme que le trafic sur la page d’aide au vote électronique sur le site du candidat PS “a explosé”.

Du côté de l’UMP, Christian Paris, qui supervisait l’aide, affirme avoir reçu environ 500 appels. “Certaines personnes ont dû passer deux heures à tripatouiller leur ordinateur avant de pouvoir voter. Même si certains électeurs ont dû être découragés, les nombreux appels aux différents partis prouvent qu’il y a quand même une mobilisation pour cette législative partielle”.

Devant ses nombreux problèmes de vote qui n’ont rien d’une surprise, le quai d’Orsay assure que ce sont les mesures de sécurité qui expliquent les difficultés qu’ont rencontré certains Français à voter. Néanmoins le ministère des Affaires étrangères avait affirmé il y a quelques semaines que les difficultés évoquées précédemment ne devraient donc pas se reproduire”. A noter que le vote électronique de cette élection législative en Amérique du Nord devrait donner lieu à un audit.

Participation en baisse

15 083 Français d’Amérique du Nord ont voté par internet à la législative partielle, pour un taux de participation de 9,94%. C’est beaucoup moins que les 14,04% du premier tour lors de la législative de juin dernier ou même que les 12,47% de participation lors du second tour.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related