Subscribe

Les garde-côtes américains vont couler un “vaisseau fantôme” japonais

Les garde-côtes américains s’apprêtaient jeudi à couler un “vaisseau fantôme” japonais dérivant au large de l’Alaska, emporté par le tsunami de mars 2011 et présentant des risques pour la navigation maritime.

Le chalutier avait été repéré le 24 mars dérivant dans l’Océan Pacifique au large des côtes du Canada. Le vaisseau, sans équipage, se trouve maintenant dans les eaux américaines, au large de l’Alaska. “Le navire présente un sérieux danger pour la navigation”, a déclaré à l’AFP Sara Francis, porte-parole des garde-côtes de l’Alaska.

“Il fait entre 45 et 60 mètres de long, il n’y a personne à bord, il n’est pas éclairé et il est à la dérive. Dans l’obscurité, il présente un sérieux danger pour les autres bâtiments transitant dans le secteur”, a-t-elle ajouté. Les garde-côtes espéraient pouvoir couler le “vaisseau fantôme” jeudi, au canon, mais ils ont dû retarder l’opération pendant au moins plusieurs heures pour des raisons des sécurité.

“Pour l’instant, nous attendons”, a précisé Mme Francis jeudi à la mi-journée. “Il y a un bâteau de pêche canadien dans le secteur et nous ne pouvons pas tirer avant qu’il ait quitté la zone”. Côté environnemental, les garde-côtes assurent qu’il n’y a pas de risque sérieux de pollution.

“S’il y a du carburant à bord, c’est probablement du diesel, qui va se dissoudre très rapidement et ne présentera que des risques limités pour l’environnement”, a déclaré Mme Francis. Les autorités canadiennes avaient écarté tout danger, lorsque le navire était au large de leurs côtes, et avaient affirmé qu’elles ne le prendraient en charge que s’il s’approchait à moins de 12 miles nautiques des côtes.

Le propriétaire japonais du chalutier avait pour la part précisé qu’il n’avait pas l’intention de le reprendre. Ce vaisseau fantôme est le premier et le plus grand objet ayant traversé tout l’océan Pacifique depuis le Japon aux côtes nord-américaines à la suite du tsunami du 11 mars 2011.

Selon des chercheurs de Hawaï, un grand nombre de débris emportés par le tsunami des côtes japonaises et poussés par des courants marins pourraient arriver sur la côte ouest américaine au début de 2014.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related