Subscribe

Les joueurs français de NBA sous le regard de l’équipe de France

Le sélectionneur de l’équipe de France de basket-ball effectue durant toute la semaine une visite à travers les Etats-Unis afin de rencontrer les joueurs sélectionnables pour le championnat d’Europe qui aura lieu en Slovénie en septembre prochain. Pour France-Amérique, le technicien parle de son séjour américain et évoque les objectifs à venir pour Tony Parker et ses coéquipiers.

France-Amérique : Vincent Collet, vous passez toute la semaine à voyager à travers les Etats-Unis afin de rendre visite aux joueurs de l’équipe de France évoluant en NBA. Comment se prépare ce genre de “tournée” ?

Vincent Collet : Ce n’est pas toujours facile de trouver du temps pour venir ici et rencontrer les différents joueurs français qui évoluent aux quatre coins du pays. C’est encore plus difficile pour moi car je suis également l’entraîneur de l’équipe de Strasbourg. Je profite du fait que notre dernier match de championnat ait été avancé pour venir. On s’est organisé comme on a pu, en fonction des matches et des distances à parcourir. J’essaie d’aller voir le maximum de joueurs, même ceux qui sont blessés comme Rodrigue Beaubois (Dallas Mavericks) et Joakim Noah (Chicago Bulls), tout en sachant que je ne pourrais pas voir tout le monde. Je fais de mon mieux avec le peu de temps dont je dispose.

Quels sont les objectifs de cette semaine américaine ?

Les objectifs sont multiples. Tout d’abord, on veut faire le point sur l’état de forme de chacun afin de savoir si leur condition physique est bonne. Ensuite, on discute de leur saison, de leur progression personnelle et de leur programme pour les semaines à venir. Enfin, on parle de l’équipe de France, du programme de préparation pour le championnat d’Europe et des objectifs fixés pour les prochaines compétitions. Cette visite est importante pour tous. Il est primordial de maintenir ce genre de contact avec les différents joueurs évoluant en NBA.

Dans quel état d’esprit se trouvent les joueurs que vous avez déjà rencontrés ?

Le moral des troupes est au beau fixe. La grande majorité des joueurs sont en forme et motivés à l’idée d’aider l’équipe de France à réaliser une grande performance au mois de septembre. Il reste encore beaucoup de temps avant le début de la préparation, qui est fixé au 23 juillet prochain. Cependant, le bilan de la visite reste pour l’instant assez positif.

Vous avez assisté, entre autres, à une rencontre des San Antonio Spurs qui comptent dans leurs rangs trois Bleus : Tony Parker, Nando De Colo et Boris Diaw…

C’était une rencontre très intéressante. Tous les trois ont eu de longues périodes de jeu. C’est très important pour nous de les avoir sous le même maillot, car ils développent des automatismes qu’ils pourront également utiliser en équipe de France. Le jeu des Spurs est très européen, on aurait tort de ne pas s’en inspirer.

Absent pour cause de blessure lors des derniers Jeux Olympiques, Joakim Noah réalise une superbe saison.

Joakim effectue une saison splendide et a porté les Chicago Bulls sur ses épaules durant une grande partie de l’année avant de se blesser au pied. J’espère qu’il récupèrera de ce pépin physique au plus vite afin de disputer les playoffs avec son équipe. Il nous avait beaucoup aidé à l’Eurobasket 2011 et nous espérons le revoir sous le maillot bleu très bientôt. Ce serait une arme supplémentaire pour notre équipe. Mais la décision ne dépend pas seulement de nous. La direction des Bulls doit aussi l’autoriser à jouer avec l’équipe de France.

L’élimination face à l’Espagne lors des quarts de finale des dernières olympiades est-elle encore en travers de la gorge ?

Cette élimination face à l’Espagne reste une blessure pour l’ensemble de l’équipe présente à Londres. Avant ce match, nous avions effectué un tournoi olympique plutôt intéressant et notre élan a été stoppé net face à la sélection ibérique. Les joueurs et les membres du staff en parlent souvent. Mais, cette défaite est dorénavant une source de motivation supplémentaire. Ce sont sur les défaites que l’on construit des victoires.

L’équipe de France vise-t-elle le titre lors des prochains championnats d’Europe ?

On peut le dire, oui. On ne va pas se cacher, on peut prétendre au titre de champion d’Europe. L’équipe est pleine de talents, très ambitieuse et souhaite gagner une compétition. La concurrence sera très rude et il faudra bien sûr se méfier de l’Espagne qui est championne en titre, mais nous savons que l’on peut aller au bout. Nous irons en Slovénie avec l’envie d’écrire une belle page de l’histoire du basket national. Ce serait une superbe récompense pour notre sport.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related