Subscribe

Les permis de gaz de schiste accordés vont être abrogés

Le gouvernement s’apprête à abroger les trois permis d’exploration de gaz de schiste dans le sud de la France accordés en mars 2010, a indiqué vendredi le Figaro sur son site internet.

“La décision devrait être officialisée en tout début de semaine prochaine”, affirme le quotidien. Les trois permis d’exploration avaient été accordés à Total à Montélimar et à la compagnie américaine Schuepbach en Ardèche et dans le Larzac. Après le vote d’une loi en juin interdisant la technique controversée de la fracturation hydraulique, la seule permettant aujourd’hui d’exploiter les hydrocarbures non conventionnels, les industriels avaient deux mois pour déclarer la technique qu’ils comptaient utiliser.

Selon Le Figaro, la compagnie Schuepbach a indiqué qu’elle ne renonçait pas à la fracturation hydraulique, ce qui entraîne le retrait de son permis. La même décision serait prise pour le permis accordé à Total. Le 12 septembre, le groupe pétrolier avait pourtant annoncé souhaiter continuer à rechercher du gaz de schiste dans le Sud-Est de la France, mais sans avoir recours à la technique de la fracturation hydraulique.

Le ministère de l’Energie avait alors indiqué à l’AFP que “le gouvernement se prononcera(it) sur le devenir des permis exclusifs de recherche d’ici le 13 octobre, après instruction par l’administration”. Les rapports remis par les industriels devraient alors être rendus publics. Le Parlement avait voté une loi sous la pression d’élus locaux et à la suite de plusieurs manifestations dans le sud de la France pour dénoncer la fracturation hydraulique, technique notamment accusée de polluer les nappes phréatiques. Trois autres permis d’exploration ont également été accordés dans le bassin parisien concernant l’exploration de l’huile (ou pétrole) de schiste, un autre type d’hydrocarbures non conventionnels.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related