Subscribe

Les petits Haïtiens sont les enfants nés à l’étranger les plus adoptés en France

Les petits Haïtiens sont les enfants nés à l’étranger les plus adoptés en France, avec une hausse notable à 731 adoptions en 2008 contre 403 en 2007, confirmant la place prépondérante prise par ce pays depuis 2000 en la matière.

Après le séisme qui a dévasté l’île, le Quai d’Orsay, en lien avec l’Agence française de l’adoption (Afa), a commencé un recensement des familles actuellement en procédure d’adoption en Haïti, qui sont “au minimum entre 1.200 et 1.500”, d’après le président de l’Afa, Yves Nicolin.

Selon un rapport de Jean-Marie Colombani de mars 2008, entre 2000 et 2007, Haïti a pris la première place dans les Etats d’origine d’enfants adoptés en France, alors que de 1980 à 1999, le Vietnam arrivait en tête.

En 2006, sur 1.300 enfants haïtiens adoptés partout dans le monde, la France a aussi constitué leur premier pays d’accueil, avec 591 enfants, devant les Etats-Unis pourtant premier pays adoptant au monde, relève le document.

“L’Unicef estime à 600.000 le nombre d’enfants orphelins en Haïti, dont 19.000 (…) sont séropositifs ou malades du sida”, souligne aussi le rapport qui a servi de base à la réforme de l’adoption internationale lancée en 2009.

“Les adoptions en Haïti, jusqu’à présent, se passaient quasiment en totalité en démarche individuelle et ce parce que ce pays n’a pas encore ratifié la convention de La Haye de 1993”, destinée à garantir les droits des enfants adoptés, a dit à l’AFP M. Nicolin, également député UMP de la Loire.

Une situation qui a conduit l’Afa à s’installer en Haïti “pour apporter un service complémentaire” aux familles, et “en contact avec les autorités locales pour apporter davantage de sécurité aux procédures”. “Nous sommes présents depuis le 1er janvier”, mais “nous n’avons pas encore enclenché la procédure concrète des adoptions”, a-t-il précisé.

Selon lui, pour expliquer la hausse des adoptions, “les choses sont très claires: c’est un pays extrêmement pauvre et par conséquent ce sont malheureusement dans les pays les plus pauvres que nous avons le plus d’orphelins”. Et “comme l’adoption est de plus en plus difficile dans d’autres pays, beaucoup de candidats se portent sur ce pays là”, a-t-il ajouté.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related