Subscribe

Les pleurants de Dijon partent en tournée

Les sculptures médiévales entourant les tombes des ducs de Bourgogne feront le tour des musées américains à l’occasion d’une exposition itinérante dans sept villes des États-Unis à partir de mars 2010.

Attendus par les esthètes américains avec autant d’impatience que des groupies de rockstars, les pleurants de Dijon rencontreront pour la première fois un public en-dehors des frontières françaises. Mais pas besoin d’être un incorrigible gothique pour apprécier la beauté plastique de ces ornements funéraires. Les œuvres sculptées entre 1443 et 1470 par Jean de La Huerta et Antoine Le Moiturier pour entourer le tombeau de Jean sans Peur, possèdent non seulement une valeur historique mais également des qualités artistiques remarquables. En effet, si ces œuvres représentant des seigneurs, des clercs et des paysans avec diverses expressions de deuil, reprenaient des motifs classiques de décoration mortuaire, il s’agissait des premières sculptures de ce genre à être véritablement tridimensionnelles. Co-organisée par le musée d’art de Dallas et le musée des beaux-arts de Dijon, sous l’auspice du French Regional American Exchange (FRAME), cette exposition exceptionnelle fera voyager près de quarante sculptures d’albâtre du XVème siècle dans sept musées américains de 2010 à 2012.

Faire rayonner la ville de Dijon

En étant jumelée à Dijon, la ville de Dallas n’espérait peut-être pas grand-chose de plus que des dégustations de moutarde privilégiées. C’était sans compter les richesses artistiques de la capitale bourguignonne, autrefois pôle de création artistique majeur. À la fin du Moyen-Âge, les ducs de Bourgogne comptaient non seulement parmi les princes les plus puissants d’Occident, mais jouaient aussi le rôle de mécènes pour de nombreux artistes. Leur goût pour les arts plastiques fit de la cour de Bourgogne un foyer de l’innovation artistique médiévale. C’est à la faveur d’une rénovation du musée des beaux-arts de Dijon qui doit durer près de dix ans que la directrice Sophie Jugie a eu l’idée de faire voyager les pleurants. Une occasion de faire profiter au public américain des trésors sculpturaux de Dijon, mais aussi de promouvoir le rayonnement de la capitale de Bourgogne. En effet, cette exposition sera accompagnée de la venue d’artistes et de chefs locaux dans le cadre de « Dijon must Art », une opération de séduction des consommateurs américains amateurs de piquant.

Infos pratiques :

Les pleurants de Dijon seront exposés dans les musées suivants :

•    The Metropolitan Museum of Art in New York (2 mars 2010–23 mai 2010)
•    Saint Louis Art Museum (20 juin 2010–6 septembre 2010)
•    Dallas Museum of Art (3 octobre 2010–2 janvier 2011)
•    Minneapolis Institute of Arts (23 janvier 2011–17 avril 2011)
•    Los Angeles County Museum of Art (8 mai 2011–31 juillet 2011)
•    Fine Arts Museums of San Francisco (21 août 2011–1er janvier 2012)
•    Virginia Museum of Fine Arts in Richmond (20 janvier 2012–15 avril 2012)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related