Subscribe

Les primes pour les joueurs de l’équipe de France font débat

Le député PS Olivier Faure s’est interrogé lundi sur la pertinence de verser aux joueurs de l’équipe de France de football une prime, sur fond de crise du pouvoir d’achat et de mauvais comportement de certains Bleus à l’Euro-2012.

“Aujourd’hui effectivement, nombre de Français doivent se poser la question de savoir pourquoi on paye des gens qui respectent aussi peu leur public”, a déclaré ce proche du président et du Premier ministre sur Europe 1.

“Quand on a des Français qui souffrent autant des questions de pouvoir d’achat et qui voient des joueurs qui vont empocher quand même 100.000 euros à l’issue de cette compétition, les voir ensuite mépriser leur public, c’est très douloureux, on peut attendre mieux d’une équipe de France qui nous a aussi parfois habitués au meilleur”, a ajouté le nouveau député de Seine-et-Marne. Chez les sélections italiennes et espagnoles, encore en course dans le tournoi, la question des primes englobe le principe de solidarité.

Geste italien pour les victimes de séismes

Dans la Squadra Azzurra, il y a eu un consensus. Selon la Fédération italienne, tous les joueurs “ont manifesté l’intention de reverser leurs primes de l’Euro aux victimes des tremblements de terre en Emilie-Romagne” survenus les 20 et 29 mai, qui ont fait 25 morts et causé pour plusieurs milliards d’euros de dégâts, 15 000 personnes ayant notamment dû abandonner leur domicile.

Du côté de la Roja, une partie de la prime de chacun sera reversée pour les différents travaux des installations sportives de la cité du football, où ont lieu les rassemblements des équipes nationales. En cas de victoire en finale, les joueurs espagnols recevront des sponsors tout de même 300 000 euros chacun, soit 20% de plus qu’en 2008 lorsqu’ils avaient été sacrés une première fois. Chez les Portugais, en revanche, l’éventualité d’un renoncement de prime ou d’un versement solidaire n’a pas été évoqué.

L’équipe de France, éliminée samedi en quart de finale par l’Espagne (2-0), a quitté l’Euro-2012 en présentant un bilan sportif pour le moins mitigé: avec deux défaites, une victoire, un match nul.

Mais, en prime, se sont ajouté les insultes de Samir Nasri contre des journalistes, un comportement répréhensible de certains autres comme Hatem Ben Arfa ou Jérémy Ménez, et le retour dimanche en France sans que la grande majorité des joueurs prennent la peine d’aller saluer la cinquantaine de supporteurs qui les attendaient à l’aéroport du Bourget. Autant de manquements qui laissent une image toujours brouillée des Bleus deux ans après le traumatisme du Mondial-2010 et la grève de Knysna.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related