Subscribe

Les rejets radioactifs de Fukushima moins importants que ceux de Tchernobyl

La compagnie d’électricité japonaise Tokyo Electric Power (Tepco) a publié jeudi une nouvelle évaluation des rejets radioactifs de la centrale en péril de Fukushima, les estimant désormais équivalents à moins d’un sixième de ceux résultant de l’accident de Tchernobyl.

Selon les calculs de Tepco, les dégâts provoqués dans les réacteurs par le tsunami du 11 mars 2011, la panne subséquente des systèmes de refroidissement des réacteurs et les explosions d’hydrogène dues à la fusion du combustible ont entraîné le rejet dans l’atmosphère de substances radioactives totalisant 900.000 Terabecquerels, le double d’une estimation antérieure.

Ce total, exprimé en données compatibles avec les comparaisons internationales, est nettement supérieur à ceux publiés précédemment par l’Agence de la sûreté nucléaire japonaise et par une commission gouvernementale, mais très loin encore des chiffres retenus pour la catastrophe de Tchernobyl survenue 25 ans plus tôt. La centrale ukrainienne aurait rejeté 5,2 millions de Terabecquerels dans l’atmosphère, notamment parce que le réacteur lui-même a explosé, ce qui ne fut pas le cas à Fukushima.

Cette nouvelle estimation de Tepco, exploitant du complexe atomique, est basée sur les mesures effectuées entre le 12 et le 31 mars 2011, dans et à l’extérieur de la centrale, conjugées aux conditions atmosphériques. Tepco estime que les rejets dans les semaines et mois suivants ne dépassent pas 1% de ceux de mars. L’accident de Fukushima, qui a entraîné l’évacuation de dizaines de milliers de personnes de la région, dont certaines ne regagneront jamais leur domicile, a été classé au même niveau que celui de Tchernobyl sur l’échelle de gravité des problèmes nucléaires INES, en l’occurrence au grade 7, le pire.

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related