Subscribe

Les républicains de Caroline du Sud votent, vent favorable à Gingrich

Les républicains votent samedi en Caroline du Sud pour désigner leur favori pour la présidentielle américaine de novembre, un scrutin dans lequel le conservateur Newt Gingrich semble en mesure de s’imposer face au modéré Mitt Romney longtemps donné gagnant.

La consultation, qui a débuté à 7h, doit s’achever à 19h et devrait selon le parti républicain local attirer vers les urnes 450 000 votants.

Dans cet Etat conservateur – le premier du Sud des Etats-Unis à entrer dans la danse des primaires républicaines – une victoire de M. Gingrich pourrait changer la donne dans une course qui semblait jusqu’à présent quasiment gagnée pour Mitt Romney. Le chrétien conservateur Rick Santorum l’avait emporté dans l’Iowa le 3 janvier, où il a devancé de très peu M. Romney, qui a ensuite gagné dans le New Hampshire le 10 janvier.

La primaire de Caroline du Sud, où depuis 1980 tous les républicains arrivés en tête de la primaire ont ensuite été investis par leur parti, a lieu dix jours avant un autre scrutin capital, dans l’Etat de Floride. Le richissime ancien entrepreneur et ex-gouverneur du Massachusetts Mitt Romney, qui a compté jusqu’à près de 20 points d’avance sur ses adversaires, a vu ces derniers jours Newt Gingrich le rattraper, puis le devancer.

Selon le site internet Real Clear Politics, qui compile les sondages les plus récents, M. Gingrich compte désormais deux points d’avance dans les intentions de vote sur M. Romney. Un sondage, réalisé par l’université Clemson donnait même vendredi une avance de six points à M. Gingrich (32%) sur M. Romney (26%).

Les deux hommes, de manière étonnante, sont censés samedi tenir une réunion publique dans le même restaurant de Greenville, dans l’ouest de l’Etat, en milieu de matinée. “Je l’ai dit depuis le début: la Caroline du Sud, c’est une montagne à gravir pour quelqu’un du Massachusetts”, un Etat plus modéré, a déclaré M. Romney vendredi à des journalistes.

Pour l’emporter, il compte notamment sur une campagne mieux organisée et bien mieux dotée financièrement que celle de ses adversaires. M. Gingrich, qui a profité de deux prestations remarquées dans des débats télévisés organisés au cours de la semaine précédant le scrutin, espère de son côté rassembler le vote conservateur. En outre, l’ancien président de la Chambre des représentants a pu compter jeudi sur le soutien du gouverneur du Texas Rick Perry, qui s’est retiré de la course.

Il a également su faire face lors de la diffusion d’un entretien télévisé de son ex-épouse, dans lequel elle revenait sur ses infidélités passées, des propos embarrassants dans un Etat où quelque 60% des votants de samedi sont des chrétiens évangéliques. S’il est difficile d’estimer précisément l’impact de cet entretien, M. Gingrich a rebondi dessus lors du débat de jeudi soir pour dénoncer sous les acclamations du public “des médias élitistes qui protègent Barack Obama en attaquant les républicains”.

M. Santorum, qui espère comme Newt Gingrich rassembler le vote conservateur, a quant à lui prédit vendredi soir sur CNN que les primaires s’achèveraient sur un duel entre lui et Mitt Romney. Dernier candidat en lice, Ron Paul, un isolationniste partisan d’une intervention minimale de l’Etat fédéral, a quant à lui déclaré espérer que la primaire “envoie au pays le message que nous voulons moins de gouvernement”.

Le processus des primaires doit se poursuivre Etat par Etat jusqu’à l’été. Le vainqueur affrontera le sortant Barack Obama lors de la présidentielle du 6 novembre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related