Subscribe

Les révolutions de Rémi Ochlik à Washington DC

Des prémices de la révolution du monde arabe aux soulèvements de ses populations oppressées, Rémi Ochlik a immortalisé la révolte des peuples arabes asphyxiés par les dictatures. 56 tirages du photographe, tombé à 28 ans sous les bombes de l’armée syrienne, sont exposés actuellement à la Maison Française de l’ambassade de France à Washington dans une exposition intitulée Révolutions.

Toujours plus près, dans le feu de l’action. Le photographe français Rémi Ochlik a consacré la grande majorité de son œuvre à la photographie de guerre. A 20 ans, il part en Haïti pour couvrir la chute du président Jean-Bertrand Aristide, sommé de fuir le pays à la suite d’un coup d’état. Celui qu’on surnomme déjà le “jeune prodige du photojournalisme” se fait rapidement un nom dans le milieu journalistique. Attiré par les sujets difficiles, il couvre la guerre en République démocratique du Congo, en 2008, l’épidémie de choléra haïtienne ou les premières manisfestations de colère des Tunisiens contre le régime de Ben Ali.

Récompensé à plusieurs reprises pour ses reportages sur “La chute de Tripoli”, “Egypte Tahir Square” ou “La révolution du Jasmin”, Rémi Ochlik remporte en 2012 le prestigieux World Press Photo, avec son reportage “Bataille pour la Lybie”. Ses photos de la foule et des rebelles ont été publiées dans les plus grands titres de presse, notamment français (Le Monde, Paris Match) et américains (Time Magazine, The Wall Street Journal). “Je viens d’arriver à Homs, il fait encore nuit. La situation semble incroyablement tendue et désespérée”, écrivait-il la veille de sa mort, dans un mail adressé au rédacteur en chef photo de Paris Match. Le 22 février 2012, dans le centre de presse de l’opposition où il se trouve avec d’autres journalistes occidentaux, Rémi Ochlik est mortellement touché par une roquette qui emporte également Marie Colvin, journaliste américaine du Sunday Times.

Révolutions rend à la fois hommage au courage et au travail de l’un des grands talents français de la photographie de guerre. Une cinquantaine de ses photographies sont exposées, toutes prises durant les révolutions arabes. On découvre le visage de ces hommes, combattants insurgés ou rebelles, Tunisiens, Egyptiens, Libyens et Syriens. Un travail documentaire et photographique unique sur l’histoire des printemps arabes. Un livre, Révolutions, retrace aussi en image les treize mois de reportage de Rémi Ochlik, du 13 janvier 2011 à Tunis, en Tunisie, jusqu’au 22 février 2012 à Homs en Syrie.

Infos pratiques :

Révolutions, jusqu’au 25 octobre 2013 à la Maison Française de l’ambassade de France, 4101 Reservoir Road, NW, Washington DC.

L’exposition est présentée par les services culturels de l’ambassade avec le soutien de Reporters sans frontières et d’EDF.

Horaires de visite : de 10h à midi et de 15h à 17h.

Entrée libre, réservation obligatoire: monique.younger@diplomatie.gouv.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Un Paris fantasmagorique en photosUn Paris fantasmagorique en photos Le Paris des surréalistes est au centre de deux expositions, « Twilight Visions: Surrealism, Photography and Paris » et « Atget - Archivist of Paris », qui se tiendront du 29 janvier au 9 […] Posted in Culture
  • A French Couple in Wyoming’s Cowboy CountryA French Couple in Wyoming’s Cowboy Country Two French people living in Wyoming share a passion for photography and horseback riding, and document the daily lives of cowboys in the American West. Eager to present their work to the […] Posted in Culture, Art