Subscribe

Les séries télé françaises à l’assaut des Etats-Unis

Longtemps déconsidérées, les séries françaises ont revu leurs ambitions à la hausse et attirent l’attention des diffuseurs américains. Début novembre, les professionnels français pourront pour la première fois présenter leurs séries à Los Angeles pour tenter de s’ouvrir au marché américain.

BraquoEngrenages. Ces séries françaises ambitieuses séduisent enfin les Américains, jusqu’ici seuls maîtres en la matière. Conscients de la qualité grandissante des séries américaines, les producteurs français proposent des programmes toujours plus ambitieux. Canal + en tête, les chaînes de télévision françaises commandent aujourd’hui des séries destinées à conquérir le marché international. Et ça marche : ces deux programmes sont les premiers à s’être imposés à l’international. La série Engrenages connaît un beau succès sur les plateformes de films en lignes Netflix et Hulu, proposant l’intégralité de ce polar. Même succès pour Borgia, qui revient sur la scandaleuse histoire de la dynastie, également diffusée sur Netflix.

Cet attrait des téléspectateurs américains pour les séries françaises explique entre autres le lancement les 1er et 2 novembre prochain du rendez-vous “Direct To Series”. Au programme, des rencontres entre professionnels américains et français et la projection de plusieurs séries reflétant le renouveau de la production hexagonale. Les huit séries sélectionnées sont Candice Renoir (France 2), Le Tunnel (Canal+ et BBC), Les Revenants (Canal+), Odysseus (Arte), Un village français (France 3), No Limit (TF1), Ainsi soient-ils (Arte) et Les hommes de l’ombre (France 2). L’événement, qui se tiendra au Pacific Design Center de Los Angeles, est organisé par la Commission du Film d’Ile-de-France, la Région Ile-de-France et les services culturels de l’Ambassade de France aux Etats-Unis.

Favoriser des coproductions franco-américaines

“L’objectif de Direct To Series est de mettre en valeur le renouveau de la fiction télévisuelle française en favorisant l’échange pour faire naître de nouveaux projets”, expliquent les organisateurs. “L’idée est de créer une plateforme d’échanges entre Français et Américains (…) puisque les séries françaises ont peu d’occasions d’être vues aux Etats Unis. Direct To Series doit mettre en avant le meilleur de la création française dans le  domaine de la série, la faire connaitre aux professionnels américains, aux acheteurs  des chaînes et des plateformes VOD, aux programmateurs de chaînes et aux producteurs de séries”.

Autre objectif du rendez-vous, favoriser les coproductions franco-américaines. La première coproduction d’envergure entre les deux pays est d’ailleurs en cours. Crossing Lines, avec Donald Sutherland et Marc Lavoine est née d’une collaboration entre TF1 et Sony Pictures Television Networks. La série, diffusée aux heures de grande écoute sur TF1 ce jeudi, a déjà été reconduite pour une seconde saison, malgré des audiences décevantes lors de sa programmation cet été sur NBC. Plus de 180 pays ont déjà acheté les droits du programme, faisant de cette première grosse coproduction un succès.

“La qualité de la télévision française évolue et les sociétés de production veulent désormais vendre à l’étranger, en passant soit par des coproductions, soit par des partenariats”, affirme Yann Marchet de la commission Ile-de-France. Dans cette optique, le groupe Gaumont a ouvert en septembre 2011 une branche internationale à Los Angeles. Les premières séries proposées, Hannibal (NBC) et Hemlock Grove (Netflix), ont été tournées intégralement en anglais. “Les séries françaises se transforment pour s’adapter aux standards américains”, poursuit Yann Marchet.

Des scénaristes ambitieux

La France n’est cependant pas condamnée à tourner ses séries en anglais pour plaire au public américain.Un article élogieux du New York Times consacré à quatre séries françaises Maison Close, Un Village Français, Les Revenants et Engrenages rappelait le retard de la France en matière de séries, longtemps considérées comme un sous-produit. Une idée aujourd’hui révolue d’après le journaliste américain, mais qui explique l’absence jusqu’alors des séries françaises quand les Anglais, les Espagnols et les Scandinaves, ont depuis longtemps misé sur l’export de leurs programmes à l’international.

“On assiste actuellement à l’émergence d’une nouvelle génération d’auteurs français, inspirés par l’audace des séries anglo-saxonnes, fin connaisseurs des  créations américaines, qui revendiquent le désir de réinventer les codes de la série”, explique Yann Marchet. “Direct to Series” espère leur donner les moyens de leur ambitions.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related