Subscribe

Les Talibans attaquent le consulat américain au Pakistan

Le Pakistan a été ensanglanté lundi par deux attaques de kamikazes dans le nord-ouest, un assaut contre le consulat américain de Peshawar revendiqué par les talibans et un attentat qui a tué 41 personnes lors d’un meeting politique.

Des assaillants lourdement armés ont tenté de prendre d’assaut le consulat des Etats-Unis pourtant fortement gardé dans un quartier militaire de Peshawar, la principale ville du nord-ouest du pays.

Un premier kamikaze a précipité un véhicule muni d’une bombe de 30 kg contre un premier check point de sécurité à une cinquantaine de mètres du consulat, pour ouvrir le passage, selon Liaqat Ali, le chef de la police de la ville. Une seconde voiture, bourrée, elle, d’une centaine de kilos d’explosifs, a été actionnée près de la barrière d’entrée du consulat, le tout suivi d’un échange de tirs à l’arme automatique entre le reste des assaillants et les gardes de sécurité. Puis deux assaillants à pied ont été abattus alors qu’ils tentaient de se frayer un passage, sans avoir eu le temps de faire exploser leurs vestes chargées d’explosifs, toujours selon M. Ali.

Le ministre de l’Information de la province, Mian Iftikhar Hussain, a dénombré au moins onze morts au total: cinq membres des forces de sécurité et six assaillants.

Azam Tariq, le porte-parole du Mouvement des Talibans du Pakistan (TTP), a revendiqué cette attaque, menée selon lui “en représailles des attaques de drones” américains. Cette cellule terroriste liée à Al-Qaïda est responsable d’une vague d’attentats suicide et d’attaques commando qui a fait plus de 3.200 morts dans tout le pays en deux ans et demi.

L’ambassade des Etats-Unis à Islamabad a elle annoncé qu’au moins deux des gardes pakistanais de son consulat avaient été tués. Elle a condamné cette attaque et celle qui a eu lieu plus tard dans la même journée, dans le district de Lower Dir.

Un kamikaze à pied a fait exploser sa bombe devant la tribune d’un meeting en plein air du Parti national Awami (ANP). Ce mouvement laïc dirige l’exécutif à Peshawar et est majoritaire à l’Assemblée de la Province de la Frontière du Nord-Ouest. Au moins 41 personnes ont été tuées et plus de 80 blessées, selon la police.

A Washington, la Maison Blanche a exprimé sa “profonde inquiétude” après cette attaque visant ses intérêts au Pakistan, l’un de ses alliés clé dans la “guerre contre le terrorisme” qu’elle mène dans la région depuis la fin 2001.

Située au bord des instables zones tribales frontalières de l’Afghanistan, Peshawar est la ville du Pakistan où les attentats sont les plus fréquents. Plus de 90 frappes de missiles de drones américains y ont tué plus de 830 personnes depuis août 2008, des insurgés islamistes pour la plupart, mais sans épargner de nombreux civils alentour selon les militaires pakistanais.

“Nous disposons de 2.800 à 3.000 fedayin (kamikazes), nous allons commettre davantage de ce type d’attaques, nous viserons tous les lieux où se trouvent les Américains”, a affirmé Azam Tariq.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related