Subscribe

Les vacanciers français pas de retour en Tunisie avant au moins une semaine

La suspension des départs de vacanciers français vers la Tunisie a été prolongée lundi d’une semaine alors que les derniers retours devaient avoir lieu dans la soirée, laissant derrière des hôtels vides ou quasi-vides, une minorité de touristes ayant décidé malgré tout de rester.

Tour-opérateurs et agences de voyage, ont prolongé jusqu’au 23 janvier inclus la suspension des départs, qui devait prendre fin initialement ce lundi. “Jusqu’au 23 janvier au moins”, se sont aussitôt empressés d’ajouter nombre d’entre eux. Ainsi le tour-opérateur Amplitravel, dont 100% de l’activité est dédiée à la Tunisie, a affirmé à l’AFP que son trafic pourrait reprendre uniquement à compter du 6 février. “Il faut attendre la réorganisation du pays tant du point de vue politique que de la sécurité. On ne change pas comme cela de régime, du jour au lendemain, et alors qu’il doit y avoir des élections dans les deux mois”, a déclaré à l’AFP Georges Colson, président du Syndicat national des agences de voyage (Snav).
Pour autant, Mohammed Zribi, directeur général tunisien d’Amplitravel (100.000 clients) estimait lundi que “la meilleure réponse à cette nouvelle Tunisie, celle de la liberté, de l’égalité, de la fraternité, était que les Français retrouvent le chemin de ce pays”. Certains d’entre eux en sont déjà convaincus puisque selon une estimation de l’Association des tour-opérateurs français (Ceto) environ 150 ont choisi de rester malgré les événements dont 80 chez Thomas Cook. En contrepartie, a rappelé le président du Ceto René-Marc Chikli, “ils ont du signer une décharge”.
Lundi, le Quai d’Orsay déconseillait toujours les voyages non urgent vers ce pays. Au total, quelque 9.000 vacanciers seront rentrés entre samedi et ce lundi, selon de nouvelles estimations. Pour les clients rapatriés de manière anticipée, les voyagistes rembourseront les services et prestations non utilisés ou feront des avoirs.Ainsi Marmara, plus gros opérateurs français sur la destination, a précisé lundi que ce remboursement serait “automatique”, sans que ses clients aient besoin d’appeler ou de se déplacer.

Pour les départs pour la Tunisie allant jusqu’au 31 janvier, des reports à une autre date sur la destination ou des reports sur une autre destination sont proposés dans des délais variables selon les opérateurs. Lundi, aucun voyagiste ne souhaitait évaluer le coût économique de la “révolution du jasmin” mais, selon M. Colson, “ce ne sera pas une bonne affaire”. Et encore rappelle-t-il, “janvier est un mois de basse saison mais certains hôtels sont plein grâce aux longs séjours”. “Sur nos 5 villages en Tunisie, seul Djerba la douce était ouvert au moment des événements et son taux d’occupation de moins de 60% au moment des événements”, témoigne Thierry Orsoni, porte-parole du Club Méditerranée, dont les quatre autres villages sont saisonniers. Le seul club ouvert “est à présent fermé jusqu’au 29 janvier”, a-t-il précisé.
Marmara n’a plus de clients dans ses hôtels-clubs mais continue de payer les salaires des employés.

Les professionnels pensent aussi aux répercussions économiques pour la Tunisie. “Nous sommes leur premier pays fournisseur de touristes”, rappelle Georges Colson avec 1,38 million de clients, générant “un chiffre d’affaires de 520 millions d’euros pour la Tunisie, soit plus du tiers de la recette globale du tourisme” du pays. La Tunisie est la première destination des Français après l’Espagne, rappelle-t-il également.

L’organisation mondiale du tourisme s’est montrée optimiste lundi estimant que la Tunisie devrait récupérer rapidement même si cela “dépend pour beaucoup des développements politiques” actuels.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related