Subscribe

Les Wyeth, 3 générations d’artistes américains à Paris

Jamie Wyeth a quitté sa ferme de Pennsylvanie et la solitude d’un phare d’une île du Maine pour assister au vernissage d’une magnifique exposition organisée à la Fondation Mona Bismarck, dont c’est le 25ème anniversaire.

Héritier de la Brandywine School, sa peinture des gens, des paysages et des animaux dépasse le pittoresque pour nous émouvoir ou nous intriguer. Les portraits de John Kennedy, d’Andy Warhol ou de Rudolph Noureyev sont saisissants. Et que dire de la vache du Number 86 qui braque ses yeux dans les nôtres. “Le souvenir d’avoir accompagné mon père à l’Académie des Beaux Arts est resté très vif’”, écrit-il.

Jamie Wyeth est revenu à Paris présenter les œuvres de son grand-père, de son père et de lui-même dans l’élégante demeure d’une philanthrope américaine, la comtesse Mona Bismarck. Au bord de la Seine et face à la Tour Eiffel, ce lieu est devenu un centre d’échanges culturels et pédagogiques entre la France et les Etats-Unis.

Fondateur de la dynastie, N.C. Wyeth est l’un des illustrateurs américains les plus célèbres de classiques comme l’Ile au Trésor, Robinson Crusoé ou la Compagnie Blanche de Sir Arthur Conan Doyle.  Ses voyages lui inspirèrent tableaux et illustrations de cow-boys et d’ Indiens et il transmit sa passion de la nature à ses 5 enfants dont trois devinrent artistes. Il mourut tragiquement à un passage à niveau près de sa maison de Chadds Ford, Pennsylvanie,  devenu lieu historique.

Andrew Wyeth est le grand peintre réaliste et régionaliste américain (1917-2009), influencé par Albrecht Durer et Winslow Homer. Il s’est concentré sur les portraits psychologiques et les paysages ruraux avec un point de vue inhabituel ou mystérieux, tinté de mélancolie. Il utilisait essentiellement l’aquarelle ou la détrempe à l’œuf, technique difficile inventée à la Renaissance, qui lui permettait d’atteindre profondeur et émotion. Détenteur de nombreuses médailles, il a été élu à l’Académie des Beaux Arts de Paris, d’URSS et de Grande Bretagne.

Après avoir été moderne, abstrait, conceptuel, minimaliste, performance, numérique, multi-média, “contemporain” (moins il y a à voir et plus il y a à dire) etc., l’art figuratif est une bouffée d’air frais qui a encore de longs jours devant lui.  On ne se débarrasse pas de la beauté et de l’esprit des lieux, comme en témoigne cette illustre famille attachée à sa terre.

La Bank of America Merryl Lynch soutient près de 6 000 institutions artistiques.  Elle a récemment accordé une bourse pour la restauration d’un monument de la Victoire de Samothrace et sponsorisé “Manet, inventeur du moderne” au musée d’Orsay.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related