Subscribe

L’esprit de Genève souffle sur New York

Débats, concerts et cinéma. La première édition du festival ThinkSwiss : Genève Meets New York favorisera les échanges entre acteurs culturels et institutionnels genevois et américains, du 6 au 12 mars 2012.

Initié par le consulat général de Suisse à New York et financé en partie par la Ville de Genève et le Département de la culture, le festival ThinkSwiss entend construire des ponts entre les acteurs de la scène intellectuelle genevoise contemporaine et leurs pairs américains. Objectif avoué : faire rayonner Genève sur la scène new yorkaise.

Rencontres, ateliers, débats-conférences. Les penseurs suisses contemporains comme les écrivains Michel Butor et Jean-Michel Olivier, le psychanalyste François Ansermet ou, côté américain, le journaliste du New Yorker Philip Gourevitch et l’écrivain Adam Gopnik apporteront, sept jours durant, leurs éclairages sur des questions portant sur la démocratie, l’éducation, ou l’humanitaire.

En substance, le festival présidé par le consul de Suisse à New York, François Barras, devrait diffuser à Manhattan cet “esprit de Genève” dont se targuent ses habitants. Un esprit caractérisé, selon le consul, par une certaine forme de tolérance, d’humanisme et d’interculturalité. “De Rousseau à Calvin, en passant par Henry Dunant ou Albert Gallatin, l’esprit de Genève perdure”, explique François Barras. “Il est intéressant de confronter ces idées influentes avec l’actualité américaine.”

Occupy Rousseau

Les questions de société porteront par exemple sur la notion d'”inégalité et de justice sociale”, avec cette discussion autour du thème “Occupy Rousseau” qui pose la question : “Que penserait Rousseau de nos démocraties s’il était encore parmi nous aujourd’hui ?”. “Il s’agit de montrer comment les idées de Rousseau peuvent parler aussi bien aux membres du Tea Party qu’aux indignés du mouvement Occupy Wall Street”, poursuit François Barras. Participeront notamment au débat l’ancien président de la Confédération, Pascal Couchepin, et l’ex-directeur de la Télévision suisse romande, Guillaume Chenevière.

Une autre piste de réflexion portera sur le droit humanitaire international avec la convention de Genève, qui vise à améliorer le sort des blessés sur le champ de bataille. La discussion portera notamment sur le sort des civils et des non-combattants en zone de conflit et sur la question de la neutralité de la Croix Rouge, fondée par le Suisse Henry Dunant. Avec la participation de la présidente de Reporters sans frontières Suisse, Thérèse Obrecht. Autre thème abordé sous la forme d’un banquet républicain intitulé “A la table de Rousseau”, celui de l’éducation. Avec cette interrogation : “En quoi l’éducation aujourd’hui est-elle progressiste ?” Suivi, trois jours plus tard, d’un débat sur la censure à l’âge de l’Internet.

Côté culture enfin, le festival proposera trois séances du film Aime ton père du réalisateur Jacob Berger, de la danse avec le Ballet du Grand Théâtre de Genève et le chorégraphe Foofwa d’Imobilité, du jazz avec le Marc Perrenoud Trio et un concert exceptionnel avec les solistes de l’Orchestre international de Genève. Ainsi qu’une exposition photo provenant de la Fondation Auer Ory, à découvrir dans le légendaire studio du photographe Gilles Larain, à SoHo. Un bel hommage à la cite de Calvin, qui fête cette année le tricentenaire de Rousseau, le 250e anniversaire d’Albert Gallatin et la prochaine réouverture du Musée international de la Croix-Rouge.

Site du festival

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related