Subscribe

L’européen Airbus reste n°1 mondial devant son rival américain Boeing

Grâce à une reprise du secteur plus robuste que prévu, Airbus a conforté l’an passé sa place de numéro un mondial devant son grand rival américain Boeing, empêtré dans les difficultés de son Dreamliner 787, et s’est montré optimiste pour 2011.

Airbus a largement dépassé ses objectifs en livrant en 2010 un nombre record de 510 avions civils – contre 498 l’année précédente – à 94 compagnies, selon un bilan dévoilé lundi à son siège de Toulouse (sud ouest). En dépit de 70 annulations, il a en outre plus que doublé en un an le nombre de commandes engrangées (574 contre 271), représentant 74 milliards de dollars au prix catalogue.
Airbus surpasse ainsi Boeing, qui a enregistré 530 commandes nettes et 462 livraisons l’an passé.
Le président d’Airbus, Tom Enders, ne cachait pas lundi sa satisfaction : “Souvenez-vous ! L’an passé, nous n’étions pas sûrs que la crise économique était terminée. Douze mois plus tard, la situation est bien meilleure”, a-t-il estimé. Il y a un an, le groupe cherchait encore à surmonter ses déboires de production de l’A380 et tentait d’arracher un accord sur le financement des surcoûts de l’avion militaire européen A400M. “2010 a été une bonne année, une année record même”, a finalement déclaré John Leahy, le directeur commercial, qui a négocié jusqu’aux derniers jours l’obtention de contrats. Il a ainsi dévoilé lundi la commande, par Virgin America, de 60 Airbus A320 dont 30 appareils A320 “new engine option” (NEO), équipés d’une nouvelle motorisation. “Ils ont signé le 29 décembre”, s’est réjoui John Leahy. Sans cette commande, Airbus n’aurait pas devancé Boeing.
En marge de la conférence de presse, il a expliqué que ces chiffres étaient le reflet d’une économie en nette amélioration. “Le secteur aéronautique s’accroît grâce aux marchés émergents, à l’Asie, aux compagnies à bas coûts”, a-t-il commenté. “Le seul point négatif à l’horizon est le prix du kérosène, mais nous avons une solution pour ça appelée ‘NEO'”, a-t-il ajouté.
Virgin est la cliente de lancement de “NEO”.
Son PDG, David Cush, a relevé “les bénéfices” de “NEO” à la fois en termes de consommation de kérosène (réduction de 15%) et sur le plan environnemental (3.600 tonnes de dioxyde de carbone économisées par an), une des préoccupations majeures de la compagnie et l’un des moteurs de sa croissance sur le marché nord-américain.
Il s’agit de la deuxième commande comprenant des “NEO” annoncée en moins d’une semaine. Le 11 janvier, Airbus avait en effet dévoilé un accord pour un contrat géant, le plus gros de l’histoire aéronautique en nombre d’appareils, qui prévoit la livraison de 180 Airbus A320 dont 150 “NEO” à la compagnie indienne à bas coûts IndiGo pour un montant estimé à 15,6 milliards de dollars.

Pour le directeur commercial d’Airbus, John Leahy, 2011 sera “l’année de +NEO+”. “Nous allons vendre plusieurs centaines de +NEO+” cette année, a-t-il déclaré à quelques journalistes. En ce qui concerne le très gros porteur A380, Tom Enders a indiqué que la cadence de production allait être augmentée à plus de deux par mois cette année, puis à trois en 2012.

S’agissant des livraisons cette année, il a répondu : “La seule chose que je puisse donner est une fourchette allant de 20 à 25”, en raison des problèmes rencontrés par le motoriste britannique Rolls-Royce. L’an passé, 18 super jumbo ont été livrés, deux de moins qu’initialement prévu. Se tournant vers l’avenir, Tom Enders s’est montré optimiste: il prévoit de livrer encore plus d’avions civils (520 à 530) cette année, et d’obtenir un nombre de commandes supérieur à celui des livraisons.
Sur le plan social, Airbus pourrait embaucher jusqu’à 3.000 personnes en Europe, dont la moitié en France, cette année.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related