Subscribe

L’ex-magnat des médias Conrad Black retourne en prison mardi

L’ex-magnat de la presse né au Canada Conrad Black devait retourner en prison aux Etats-Unis mardi pour purger les 13 mois de prison qui lui restent à faire pour fraude et obstruction à la justice.

“Ma seule crainte pour les prochains sept mois est la tristesse d’être séparé de (ma femme) Barbara, même si je suis résigné aussi à l’ennui”, a-t-il écrit dans une tribune d’adieu publiée samedi dans le quotidien canadien National Post, comptant apparemment sur une éventuelle libération anticipée. Black, âgé de 67 ans, était sorti de prison l’année dernière après une décision de la Cour suprême qui avait trouvé une faille dans la loi fédérale sur la fraude en vertu de laquelle il avait été condamné à 78 mois de prison. Dans le sillage de cette décision, la cour d’appel fédérale de Chicago avait annulé en octobre deux des quatre verdicts de culpabilité mais en avait maintenu deux autres, pour fraude et obstruction à la justice.

Ses avocats ont plaidé en juin pour qu’il ne soit condamné qu’à 29 mois de détention — soit le temps qu’il avait déjà passés en prison. Mais la juge Amy St. Eve lui a infligé une peine de 42 mois d’emprisonnement. Ce sera à l’administration pénitentiaire américaine de décider s’il doit accomplir les 13 mois restants ou s’il pourra bénéficier d’une libération anticipée pour bonne conduite. Un porte-parole de l’administration pénitentiaire a indiqué à midi (17h00 GMT) que l’homme d’affaires ne s’était pas encore présenté à la prison. Il avait encore deux heures pour le faire.

Conrad Black a été à la tête, dans les années 90, de l’empire de presse Hollinger comprenant notamment le Daily Telegraph, le Jerusalem Post, le Chicago Sun-Times ou encore le National Post de Toronto. En 2001, il a renoncé à sa nationalité canadienne pour siéger à la Chambre des Lords britanniques. Avec ses associés, il a été accusé d’avoir détourné jusqu’à 60 millions de dollars entre 1999 et 2001 mais il n’a été reconnu coupable en première instance que d’avoir détourné, via l’attribution de bonus, 6,1 millions de dollars lors de la cession de journaux.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related