Subscribe

L’Herald Tribune devient l’International New York Times

Plus de 125 ans après son lancement à Paris, l’International Herald Tribune devient mardi l’International New York Times, désormais déclinaison globale du prestigieux quotidien new yorkais, sur papier et sur le net.

“Nous avons le sentiment très fort de l’importance pour le New York Times d’avoir une marque mondiale unique qui montre à tous nos lecteurs à travers le monde que nous sommes une entreprise d’informations capable de couvrir l’actualité mondiale sur n’importe quel supports, papier ou numérique, dans n’importe quel fuseau horaire et que nous pouvons l’offrir au gens où ils veulent, quand ils veulent et au standard de qualité du New York Times”, a déclaré Richard Stevenson, rédacteur en chef de l’International New York Times. “Le titre change pas l’ADN”, a-t-il dit ajoutant : “Ce que vous aimez de l’International Herald Tribune sera dans l’International New York Times”.

Le New York Times avait confirmé en septembre qu’il allait rebaptiser “l’Herald” avec l’espoir d’en élargir le lectorat et de séduire de nouveaux annonceurs. Lundi pour son dernier numéro l’IHT a publié un cahier spécial présentant une rétrospective des grands sujets couverts en 125 ans par le quotidien. A partir de mardi, l’édition internationale sera intégrée au site internet et aux applications mobiles du New York Times, auxquels les abonnés actuels de l’International Herald Tribune auront désormais accès.

Fondé en 1887, sous le titre Paris Herald, l’IHT est distribué en version papier dans plus de 160 pays, avec un tirage de 226 000 exemplaires. Il a longtemps été co-détenu le Washington Post et New York Times avant que le premier ne rachète les parts du second en 2003. Le patron du New York Times a également dit croire à l’avenir du papier: “Aussi longtemps qu’il y aura suffisament de lecteurs pour acheter des journaux papier et des annonceurs qui y achèteront de la publicité, nous imprimerons des journaux”, a-t-il dit, ajoutant qu’à ce stade, “personne ne sait à quelle vitesse changera la donne, dans deux ans, cinq ans ou vingt ans”.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related