Subscribe

Ligue des Champions – Entrée en matière réussie pour Bordeaux

Entreprenant et agressif, le champion de France Bordeaux s’est offert une entrée en matière réussie en Ligue des Champions, tenant en échec la Juventus (1-1) sur son terrain, mardi au stade Olympique de Turin.

La performance des Bordelais est d’autant plus remarquable qu’ils ont été mené au score et qu’ils ont dû composer avec la blessure de Carrasso, leur gardien, remplacé par Ramé (55). Un an après la raclée reçue à Chelsea (4-0), où les Girondins, trop intimidés, n’avaient pas joué, ils ont montré un tout autre visage, démarrant le match plein de mordant et d’allant. La “leçon” de Stamford Bridge a bien été retenue.

Face à une Juve maladroite et imprécise, notamment en première période, ils ont beaucoup pressé et récupéré, gagnant nombre de duels, un point sur lequel l’entraîneur Laurent Blanc avait particulièrement insisté lundi. Ils auraient même pu ouvrir la marque dès la 3e minute grâce à une frappe de Fernando, mais Buffon, excellent tout le long du match, s’est bien couché. En fait, après une première période où les Girondins ont dominé mais sans vraiment parvenir à inquiéter de nouveau Buffon, tout s’est joué après la pause.

Bordeaux d’abord, démarrant encore fort, se mettait en évidence avec Gourcuff mais à chaque fois, le meneur de jeu échouait sur Buffon, sur un coup franc (48) puis après avoir été lancé côté gauche de la surface par Wendel (49).

C’est toutefois la Juventus qui allait parvenir à trouver l’ouverture après que Carasso, blessé dans un choc avec Iaquinta, est sorti. Après avoir pourtant bien détourné un coup franc de Grosso (60), Ramé ne pouvait rien sur une frappe puissante de Iaquinta, parfaitement lancé en profondeur par Cannavaro (63).

Un but cruel pour Bordeaux. Mais, signe de sa maturité grandissante sur la scène européenne, le champion de France ne se laissait nullement abattre.

Et après une première banderille – Buffon intervenant juste à temps devant Fernando (67) -, Plasil trouvait finalement l’ouverture: sur un coup franc de Gourcuff détourné de la tête par Fernando, le milieu tchèque, tout seul au 2e poteau, poussait sans difficulté la balle au fond (74).

L’égalisation était plus que méritée et malgré les ultimes coups de boutoir de la Juve, à l’image d’une frappe de Marchisio sur la transversale (87), Bordeaux conservait jusqu’au bout un nul qui le met en confiance avant la réception du Maccabi Haïfa le 30 septembre.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related