Subscribe

L’inventeur de Hollywood/Garonne s’apprête à déposer son dossier

Le projet associant un géant de l’industrie cinématographique américaine à la création d’un vaste complexe de studios sur une ancienne base militaire près de Toulouse sera déposé cette semaine auprès de l’Etat français, a dit lundi celui qui en défend l’idée depuis des mois.

Le dépôt du dossier, en réponse à un appel d’offres lancé par l’Etat avec date de clôture le 30 novembre, matérialiserait les intentions prêtées depuis des mois aux studios Raleigh, qui revendiquent le rang de premier exploitant de studios de cinéma indépendants aux Etats-Unis. Le secret est conservé sur la forme que prendrait l’implication de Raleigh dans ce Hollywood-sur-Garonne.

Cependant, avec le concours de Raleigh, les plus grands studios de tournage en France pourraient voir le jour, non pas dans la région parisienne, mais sur 25 des 300 hectares de l’ancienne base aérienne désaffectée de Francazal, au sud-ouest de Toulouse, dit l’inventeur du projet, Bruno Granja. Ces studios créeraient 5.000 emplois d’ici à 2020, affirme-t-il.

Raleigh, qui possède déjà des plateaux de tournage à Hollywood, Atlanta, Budapest ou près de Shanghai, a causé la sensation en 2011 quand il s’est laissé convaincre par Bruno Granja, entreprenant architecte local, de devenir son partenaire.

Les promoteurs du projet ont fait face à l’incrédulité et à la circonspection. Ils ont quand même réussi à être entendus au sommet de l’Etat. Celui-ci, à la recherche d’argent frais, a lancé en mai la procédure de vente accélérée des 25 hectares convoités par M. Granja et ses partenaires. L’Etat a créé les conditions du projet en spécifiant que les terrains cédés auraient une destination “économique et culturelle”.

Les artisans du projet déposeront leur dossier d’ici à la fin de la semaine, a dit M. Granja à l’AFP. Il n’en a pas précisé les détails sinon pour dire que le projet représentera un investissement d’une centaine de millions d’euros et que “l’Etat aura dans le dossier un justificatif précis de la création de 5.000 emplois”. “Francazal aura la capacité d’apporter aux productions tout ce dont elles ont besoin, des plateaux, des décors extérieurs, des services”, a-t-il dit.

Pour Raleigh, il faut à présent “une réponse rapide, a-t-il dit. On a un projet qui répond à toutes les préoccupations du gouvernement: créateur d’emplois, de formations et de richesses. Maintenant, notre mission, on l’a accomplie. C’est à l’Etat de juger”.

Le projet se heurte toujours au scepticisme de certains. L’un d’eux s’est interrogé auprès de l’AFP, sous couvert de l’anonymat, sur le tour de table financier de l’entreprise menée par M. Granja, sur la forme et la durée de l’engagement de Raleigh et sur la viabilité du projet. Il invoque la concurrence de la Cité du cinéma que le cinéaste Luc Besson a inaugurée en septembre à Saint-Denis en Seine-Saint-Denis. Rien ne dit non plus que Bruno Granja et ses associés seront seuls à répondre à l’appel d’offres, a-t-il souligné.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related