Subscribe

Lionel Bringuier, la baguette du Philharmonique de Los Angeles

Le 2 août dernier, l’Orchestre philharmonique de Los Angeles a nommé le jeune Français Lionel Bringuier, chef d’orchestre permanent. Une manière de prolonger et renforcer la  relation qui existe entre l’institution musicale californienne et le virtuose européen.

Lionel Bringuier connait une ascension professionnelle fulgurante et constante.

Il entre à l’âge de 5 ans au Conservatoire de Nice, sa ville d’origine, puis à 13 ans au Conservatoire de Paris. A 15 ans, il est déjà le plus jeune Français à  y suivre une formation supérieure de chef d’orchestre. En 2004, il obtient le diplôme de formation supérieure de violoncelle, sans compter tous les concours qui viennent jalonner ce studieux parcours.

Il remporte en 2005 le concours international des jeunes chefs d’orchestre de Besançon qui lui permet de partir se former en Californie à l’orchestre philharmonique de Los Angeles. Le début d’une grande aventure. Deux ans après son arrivée, il est nommé chef associé, puis chef d’orchestre permanent (‘Resident conductor’).

“Je suis très heureux que l’aventure continue. J’attache beaucoup d’importance au fait de travailler de manière durable avec le même orchestre, les mêmes musiciens et de construire quelque chose ensemble. Et c’est ce qui est en train de se produire avec le Philharmonique de Los Angeles, explique le chef d’orchestre. Les Etats-Unis, j’en rêvais depuis petit.”

De grands projets

A seulement 25 ans, ce jeune chef d’orchestre n’a pas froid aux yeux, mais garde la tête sur les épaules. Directeur musical d’un orchestre en Espagne, Lionel Bringuier rêve de faire la même chose aux Etats-Unis. “Là on pourra dire que j’ai pleinement réalisé mon rêve américain. Mais pas de précipitation. Je vais déjà savourer les deux ans qui arrivent avec le Philharmonique de Los Angeles et Gustavo Dudamel, une star de la direction d’orchestre.”

Lionel n’apporte pas que son enthousiasme à l’orchestre. Il compte également faire de son mieux pour développer l’image de la musique classique auprès des jeunes publics. “C’est important de partager l’art en général, et la musique classique avec toutes les générations. Il n’est pas très courant que les jeunes s’intéressent à la musique classique, il faut changer ça. Donc, partout où je vais, je crée des activités éducatives autour de la musique classique. Je pense que c’est très important pour le futur de cet art.”

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related