Subscribe

L’Irak regrette l’abandon des poursuites contre Blackwater

Le gouvernement irakien a vivement déploré vendredi l’abandon des accusations contre la société Blackwater dans un des incidents les plus controversés ayant impliqué des agents de sécurité étrangers en Irak et s’est montré déterminé à engager d’autres poursuites.

“Le gouvernement irakien déplore la décision d’un juge fédéral des Etats-Unis d’abandonner les accusations contre des gardes de la société Blackwater responsables du meurtre de 17 citoyens irakiens innocents” le 16 septembre 2007 à Bagdad, a affirmé le porte-parole du gouvernement Ali Dabbagh dans un communiqué. Le porte-parole a assuré que l’enquête menée par les autorités irakiennes indiquait sans l’ombre d’un doute que les gardes étaient responsables de la mort des civils irakiens.

“Les enquêtes menées par les autorités irakiennes confirment de manière claire que les gardes de la société Blackwater ont commis un crime et fait usage d’armes alors qu’il n’existait aucune menace nécessitant un recours à la force”, ajoute le gouvernement. Le gouvernement “agira de manière forte et résolue pour poursuivre les criminels de Blackwater“, a encore insisté le porte-parole.

Un juge fédéral américain, Ricardo Urbina, a estimé que le ministère de la Justice, qui poursuivait cinq agents de la société, avait utilisé des preuves qu’il n’était pas censé utiliser. “Dans leur zèle à accuser les suspects, les enquêteurs ont obtenu de façon agressive des déclarations que les parties de la défense ont été obligées de faire aux représentants du gouvernement juste après la fusillade”, reproche le juge aux enquêteurs. Les agents de Blackwater, âgés de 24 à 29 ans, avaient plaidé non coupables au début de l’année des 35 chefs d’accusation dont ils devaient répondre.

Le 16 septembre 2007, 17 civils irakiens non armés, selon le bilan de l’enquête irakienne, 14 selon celle des Etats-Unis, avaient trouvé la mort lors d’une fusillade survenue à un carrefour très fréquenté de l’ouest de Bagdad, au passage d’un convoi diplomatique américain escorté par des employés de Blackwater. Vingt personnes avaient été blessées. Un sixième employé de Blackwater avait plaidé coupable de tentative d’homicide en décembre.

Les témoins de la scène avaient assuré que les agents de sécurité avaient tiré sur des civils sans avoir été agressés. Blackwater, la plus grande entreprise privée de sécurité utilisée par les Américains à Bagdad, a de son côté toujours affirmé que ses gardes avaient ouvert le feu en état de légitime défense.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related