Subscribe

Loïc Prigent sur Sundance Channel

Première américaine pour le film de Loïc Prigent sur Marc Jacobs diffusé sur Sundance Channel pendant la Fashion week.

Le réalisateur français, qui signe sur Canal + des émissions de mode “Habillé pour l’hiver, habillé pour l’été”, a suivi le couturier américain qui, depuis son arrivée sur les podiums, est devenu la coqueluche de stars et de leurs suiveuses. “Marc Jacobs n’avait jamais voulu être filmé; il a accepté à une seule condition: qu’il n’y ait qu’une seule caméra et moi; il n’y avait même pas d’ingénieur du son!” raconte Loïc Prigent, rencontré à New York où il était de passage. Cette légèreté explique sans doute la réussite de l’exercice de style. Loïc Prigent a suivi l’homme à la trace, décortiquant son processus créatif. “Dans mon précèdent film, Signé Chanel (aussi montré sur Sundance cette semaine, NDLR) je suivais les mains des ouvrières ; je m’étais concentré sur le processus de la haute Couture. Karl Lagerfeld était peu présent. Là je voulais me concentrer sur les yeux du styliste, en l’occurrence Marc Jacobs. Comment il voyait les choses et les retranscrivait en robes, en vêtements. C’était le copié collé du créateur qui m’intéressait“, reprend Loïc Prigent.

Il n’a pas chômé, car Marc Jacobs ne fait que travailler; entre les collections pour Louis Vuitton pensées et réalisées à Paris et ses propres collections pour Marc by Marc Jacobs, l’Américain n’a pas de répit. À Tokyo un soir, à New York le lendemain, surveillant les lignes d’accessoires ou les collections de chaussures pour Louis Vuitton, ou préparant son propre défilé pour la semaine de la mode new-yorkaise, l’homme se nourrit de pilules, de barres protéinées, vivant dans un monde presque désincarné où seul l’art contemporain (Marc Jacobs est un fervent collectionneur) semble le divertir.

Dans son laboratoire intérieur, l’alchimiste mélange des précipités qu’il espère destructeurs, s’inspirant d’images agrafées sur ses panneaux d’inspiration, pour une mode déstructurée que les jeunes Américaines s’arrachent. Loïc Prigent, qui a aussi signé un documentaire sur Anna Wintour, la célèbre rédactrice de mode du Vogue Américain qui a inspiré le personnage du Diable s’habille en Prada, intitulé La vraie vie d’Anna, diffusé le 5 janvier dernier sur Canal +, a réalisé avec Fabien Constant une série de documentaires montrés sur la chaîne à péage au moment des fêtes, « Johnny saucisson » ou le portrait de cinq anglo-saxons vivant en France.

Pour les horaires de diffusion, visitez www.sundancechannel.com

 

Et aussi…

Fashion week : qu’elle était verte mon “alley”

Alix Grès ou l’allure discrète

Christian Lacroix en Amérique

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Vu de prèsVu de près Pendant deux ans, il a suivi pas à pas l'impénétrable Karl Lagerfeld. Entretien avec Rodolphe Marconi, le réalisateur de Lagerfeld Confidentiel, sorti cette […] Posted in Cinema
  • “Saint Laurent”, souvenirs griffés d’une légende“Saint Laurent”, souvenirs griffés d’une légende Quand il s’attaque à la couture, il arrive au cinéma français de radoter. En 2009, deux films sur Coco Chanel, Coco avant Chanel d’Anne Fontaine et Coco Chanel et Igor Stravinsky de Jan […] Posted in Cinema