Subscribe

Loïc Rémy redoute l’avion après l’atterissage mouvementé de ses coéquipiers

L’attaquant de l’équipe de France Loïc Rémy a avoué lundi craindre le voyage en avion des Bleus vers les Iles Féroé après avoir eu des échos du déplacement et de l’atterissage mouvementés de ses coéquipiers à Torshavn en octobre 2007.

“Je crains l’avion, j’espère que ça bougera le moins possible, a déclaré l’attaquant français. J’ai entendu dire qu’il y avait des manoeuvres spéciales pour y arriver (aux Iles Féroé, ndlr). J’espère qu’il n’y aura pas de turbulences sinon je suis prêt à crier.”

“Le sommeil est le seul médicament prescrit mais cela risque d’être difficile si l’avion bouge. Déjà avec Nice, quand on fait les déplacements dans des petits avions, ça bouge pas mal et j’ai très peur”, a-t-il ajouté.

Les Bleus avaient connu les pires difficultés pour se rendre il y a deux ans aux Iles Féroé, un archipel situé à équidistance de la Norvège, de l’Ecosse et de l’Islande.

“On a cru qu’on allait y rester” (Patrice Evra)

Des conditions climatiques difficiles (vent, brouillard) avaient d’abord empêché les Français d’atterrir la veille de la rencontre. Les joueurs et leur encadrement n’ont finalement rallié Torshavn que quatre heures avant le match avec quelques sueurs froides (vent, piste courte, montagne proche, rétablissement brusque) avant de s’imposer 6-0.

“Des atterrissages comme ça, je n’en veux plus”, avait lancé le sélectionneur Raymond Domenech.

“On a cru qu’on allait y rester”, a récemment raconté le défenseur Patrice Evra.

Pour éviter les mauvaises conditions météorologiques, la date de la rencontre a été fixée en été.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related