Subscribe

L’Olympique de Marseille dans le flou total

Une grande incertitude régnait dimanche à l’Olympique de Marseille, deuxième du dernier championnat de France. Le club est toujours dans l’attente de l’engagement officiel du président annoncé, Jean-Claude Dassier, et doit faire face à la volonté de départ du directeur sportif, José Anigo, en cas d’arrivée au club de l’agent de joueurs Jean-Pierre Bernès, exigée par Dassier.

Alors que son contrat est déjà rédigé par l’entourage de l’actionnaire Robert Louis-Dreyfus, Dassier n’avait pas encore apposé sa signature dimanche en fin de journée. Comme s’il semblait prendre son temps pour ne pas s’engager sans garantie.

De fait, il affirme conditionner sa venue à celle de Bernès, agent très influent, comme conseiller pour la politique du recrutement. De source proche du club, on faisait cependant état dimanche tard d’un possible retrait de la candidature de Bernès, au vu des réactions négatives que celle-ci commençait à susciter. Bernès et Dassier étaient injoignables toute la soirée, pour confirmer ces informations.

Bernès est un proche du nouveau coach marseillais Didier Deschamps – « ils sont comme deux frères, » dixit Dassier. Et c’est précisément Deschamps, soucieux de voir le recrutement peinant à se concrétiser à neuf jours de la reprise de l’entraînement qui aurait milité pour la venue de Bernès.

Si celle-ci se concrétisait, elle marquerait le retour au club de celui qui en fut banni en 1993, à l’occasion du scandale de corruption Valenciennes-Marseille.

Directeur général du club à l’époque des faits, Bernès a été condamné à 18 mois de prison avec sursis. Pour de nombreux supporteurs, il est encore associé à la descente aux enfers du club. Reprendre des fonctions dans ce club – « dans un statut restant à déterminer, » dixit Dassier – aurait des airs de revanche personnelle. Mais quelle serait la réaction du public que désespère souvent l’évocation de cette affaire ?

Anigo indispensable?

« Il sera aussi difficile d’empêcher la suspicion de conflit d’intérêts lorsqu’il recrutera des joueurs », observe aussi une autre source proche du club. L’éventuelle arrivée de Bernès constituerait également « un signe de défiance à l’égard des équipes en place, » ajoute-t-on de même source.

Si Dassier a conditionné sa venue à celle de l’agent de joueur, c’est en effet parce qu’il estime que le club « doit se renforcer d’urgence dans ses structures de recrutement » après la double éviction du président Pape Diouf et du secrétaire général Julien Fournier, homme-clé des négociations.

Ces fonctions sont désormais revendiquées par le directeur général Antoine Veyrat, qui n’a pas encore d’expérience en ce domaine mais qui est « énormément surpris » de la possible venue de Bernès selon une autre source proche du club, et Anigo. Ce dernier, Marseillais pur jus et figure du club, est considéré comme indispensable au club par l’actionnaire.

Il a cependant fait savoir dimanche qu’il quitterait le club si Bernès était dans les cartons de Dassier, ce qu’il vivrait comme un manque de confiance à son égard et un sacré empiètement de ses prérogatives.

Dassier a tenté dimanche de calmer le jeu : « c’est une tempête dans un verre d’eau », a-t-il déclaré à l’AFP en début d’après-midi. « José peut m’appeler pour que l’on en discute, et je le rassurerai. Je lui ai déjà confirmé qu’il conservait son titre et ses fonctions. Enfin, j’ai quand même le droit de prendre un conseiller, alors que nous avons des problèmes sur le recrutement ! » a-t-il encore lancé.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related