Subscribe

L’Opéra de Paris mis à nu par Frederick Wiseman

Dans ce temple de l’art se meuvent des sylphides à l’élégance d’un autre âge. Frederick Wiseman a capté un pan de leur vie secrète dévoilée dans son dernier documentaire, La Danse. Le Ballet de l’Opéra de Paris, diffusé au Film Forum de New York du 4 au 17 novembre.

L’art de filmer, selon Frederick Wiseman, relève de l’écriture. Tout comme le geste mille fois répété du danseur soumettant son corps à l’exercice difficile de l’entrechat ou du délié, la mécanique narrative du cinéaste se répète de film en film, sans jamais se ressembler. « Je déteste le didactisme de l’image », explique le documentariste, qui n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il signe avec La Danse. Le Ballet de l’Opéra de Paris sa 38ème réalisation.

Son âge et sa méthode de tournage minimaliste lui ont déjà valu la reconnaissance de ses pairs et du public américain. Pour le critique Phillip Lopate, Frederick Wiseman n’est ni plus ni moins « le meilleur réalisateur américain de ces trente dernières années ». « C’est un charmant vieux jeune homme », atteste Brigitte Lefèvre, la directrice de l’Opéra de Paris. Fort de ce charisme et d’une humilité sans borne, le documentariste a planté, plusieurs mois durant, sa caméra au cœur de son Opéra, en 2007, afin d’en tirer un portrait « de profil », qu’il souhaite le plus juste possible. À défaut d’être exhaustif – et en dépit de la longueur du film, plus de deux heures trente au total -, il s’agissait surtout pour lui de documenter sans artifice le spectateur, d’éveiller ses sens, d’initier son œil profane à la beauté magistrale de la danse et de donner à voir les arcanes de l’Institution dans l’intimité de son quotidien.

« La discrétion de Frederick Wiseman est telle que je lui ai laissé carte blanche pour tourner partout où il le souhaitait, des salles de répétition à la cantine, sans restriction aucune, » explique Brigitte Lefèvre. Appliquant l’adage de la main de fer dans un gant de velours, la directrice veille attentivement sur les vestiges de ce temple du faire et du savoir qu’est l’Opéra. « Je ne prône pas l’idée d’un art figé mais je défends la transmission de l’excellence », témoigne la directrice.

Comme dans son documentaire sur l’American Theatre Ballet (sobrement intitulé Ballet) diffusé en 1995, Frederick Wiseman traque lui aussi le geste parfait dans ce nouvel opus sur le spectacle. Il explore de l’intérieur l’organisation de l’opéra Garnier, qu’il compare volontiers à une ruche, en bon sociologue de l’image. Entre deux plans séquences ou une querelle d’initiés entre un professeur de la vieille école et sa collègue, plus réceptive au style contemporain, Frederick Wiseman s’autorise parfois un mouvement de variation, une fantaisie soudaine, comme lorsqu’il nous emmène le temps d’un interlude décalé à la récolte du miel sur le toit de l”Opéra où butinent des abeilles par milliers. « Cette séquence, c’était pour m’amuser », reconnaît le réalisateur pour qui la notion de rigueur n’est jamais synonyme de cloisonnement des genres. Pour preuve. « Mon prochain projet portera sur un club de boxe au Texas », glisse le cinéaste, sourire aux lèvres.

 

Infos pratiques

Le film La Danse. Le Ballet de l’Opéra de Paris (158 min) de Frederick Wiseman sera diffusé au Film Forum de New York, du 4 au 17 novembre, en français sous-titré anglais. Horaires quotidiens : 13 h 15, 17 h 30, et 20 h 30.

Frederick Wiseman assistera en personne à la première du film mercredi 4 novembre au Film Forum à 20h30 !

Film Forum : 209 W Houston St between Sixth Ave and Varick St (212-727-8110).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related