Subscribe

L’Ouest américain à toute vitesse

David Folch, photographe français basé à New York depuis deux ans, présente dans sa première exposition, intitulée « Till the last drop of gas » («Jusqu’à la dernière goutte d’essence »), une série de clichés réalisés à l’occasion d’une traversée des États-Unis à moto. Un rêve de gamin enfin concrétisé.

Huit ans qu’il l’attendait. Huit ans à patienter à la suite d’une promesse entre potes de bourlingue. Finalement, David Folch tient bien son road trip. En mars dernier, il se décide enfin à braver l’asphalte incandescente de l’Ouest américain, pour en ramener une collection d’alléchantes photos intimistes. En bondissant hors de l’ascenseur qui mène au 3e étage du 75 Varick street (Soho), on se rend rapidement compte que David Folch est un amoureux de grosses bécanes. Une Victory flambant neuve trône en effet à l’entrée du studio où sont affichés ses clichés. C’est la copie conforme de l’engin avec lequel il a, en vingt jours et 5600 miles, parcouru les nombreux États qui séparent Daytona Beach de San Francisco. Attaché aux nouvelles technologies et à la sauvegarde de l’environnement, il souhaitait au départ sillonner les États-Unis en scooter électrique Vectrix. Une idée qu’il a dû abandonner, la société en question étant mal en point et ne pouvant pas lui fournir gratuitement le deux-roues.

Comme beaucoup de photographes freelance, David aime aussi énormément les voyages, même seul. Ce féru d’aventures excitantes, passé par l’Argentine, l’Inde, Madagascar, la Libye ou encore la Thaïlande se définit d’ailleurs comme un « motard solitaire ». Un culte de la solitude qui ne l’empêche pourtant pas de souvent se retrouver, comme en mars, en bonne compagnie. « Le road trip, c’est des rencontres fortuites tous les jours, et au milieu de nulle part. C’est fantastique. Même hallucinant parfois. Vous n’allez pas me croire si je vous dis que Sonny Barger, le fondateur des Hells Angels, m’a dépassé à toute vitesse et que j’ai bien évidemment tenté de le rattraper. Pour lui serrer la pince dans un bled paumé un peu plus loin et discuter deux minutes avec lui. En plus, il avait la même moto que moi, c’était vraiment sympa », confie-t-il. Un épisode qu’il aura peut-être l’occasion de revivre, David reprend la route le 15 juillet prochain jusqu’à San Francisco, en voiture électrique Tesla cette fois-ci.

 

 

 

« Till the last drop of gas »

Du 8 au 22 juillet 2009

Splashlight Studio

One Hudson Square, 75 Varick street third floor

New York NY 10013

http://www.davidfolch.com/

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related